Cet article date de plus de neuf ans.

Kenya : la plupart des otages seraient libres

L'armée kényane a annoncé dimanche soir que la plupart des otages du centre commercial de Nairobi Westgate auraient été libérés. L'armée et la police du pays ont été aidées par des forces spéciales israéliennes qui ont pénétré dimanche après-midi dans les lieux pour tenter de mettre fin au siège du bâtiment débuté samedi par un commando islamiste. Le dernier bilan donné par la Croix-Rouge kényane fait état de 68 morts et 175 blessés.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
  (Goran Tomasevic Reuters)

L'armée kényane a annoncé dimanche soir, par le biais de son porte-parole, que la plupart de la trentaine d'otages encore détenus après l'attaque samedi d'un centre commercial Westgate de Nairobi par un commando islamiste ont été libérés. Le porte-parole a aussi annoncé que les forces de défense kényanes ont pris le contrôle de la plus grande partie de l'immeuble.

L'arnée et la police ont lancé en fin de journée un assaut "majeur" contre les islamistes retranchés et ont indiqué vouloir les neutraliser "dans la nuit". Les forces de défense kényanes a indiqué sur leur compte twitter que "Tous les efforts sont en cours pour apporter une conclusion rapide à cette affaire".

A l'intérieur du centre commercial se trouveraient encore dimanche
soir entre 10 et 15 assaillants, des shebabs somaliens liés à Al-Qaïda.
Parmi les preneurs d'otages, trois viendraient des Etats-Unis, selon la
chaîne CNN. Ils sont cernés par les forces de sécurité.

►►► A LIRE | Qui sont les Shebabs somaliens qui ont attaqué le centre commercial de Nairobi ?

L'armée et la police ont tenté toute la journée de dimanche de neutraliser les islamistes, des shebabs somaliens, encore présents dans le centre commercial, comme on le voit sur cette vidéo diffusée sur le site du journal Le Monde . Les force de l'ordre ont échoué dimanche matin dans un premier assaut.

Des renforts israéliens

Dimanche après-midi, les forces spéciales israéliennes sont arrivées en renfort et ont pénétré dans le bâtiment. Ce soutien est dû au fait que le "Westgate Mall" est réputé être en partie la propriété d'Israéliens. Le porte-parole du ministère israélien des Affaires étrangères, Paul Hirschson, n'a pas souhaité commenter. "Nous n'avons pas pour habitude de commenter une quelconque opération conjointe de sécurité qui pourrait ou non être en cours " a-t-il déclaré.

68 morts dont deux Françaises

L'attaque a fait, selon un dernier bilan donné par la Croix-Rouge kényane, au moins 68 morts, dont deux Françaises, une mère et sa fille. Elles ont été exécutées sur le parking. On compte aussi 175 blessés. Des Américains, des Britanniques et de nombreux autres Occidentaux figurent parmi les victimes. On apprend par ailleurs que cinq Français ont réussi à s'échapper du centre commercial. Parmi eux, une femme blessée par balle, dont les jours ne sont pas en danger, et qui doit être opérée.

Il s'agit de l'atttentat le plus meurtrier à Nairobi depuis une attaque-suicide d'Al-Qaïda en août 1998 contre l'ambassade américaine, qui avait fait plus de 200 morts. L'attaque du Westgate a été revendiquée par les shebabs, qui l'ont présentée comme une opération de représailles à l'intervention des troupes kényanes en Somalie fin 2011.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.