Union Européenne, au nom des Ouïghours

Chaque année, c'est un message très politique qu'envoie le parlement européen. Le prix Sakharov des droits de l'homme a été décerné à l'intellectuel ouïghour Ilham Tohti, emprisonné par la Chine. L'occasion de braquer les projecteurs sur le sort de cette communauté, une des plus persécutées au monde.

Peut-être la nouvelle lui est-elle parvenue, jusqu’en prison ou il est détenu depuis cinq ans maintenant.

L'intellectuel ouïghour Ilham Tohti  a été récompensé du prix Sakharov.

Le parlement européen a voulu saluer son travail de réconciliation interethnique en Chine. Et sans doute aussi envoyer un message de solidarité au peuple ouïghour, peut-être le plus opprimé au monde. C’est David Sassoli, Président du Parlement européen, qui en a fait l’annonce :  

« Le Parlement européen lui exprime tout son soutien vis-à-vis de son travail et demande à ce qu'il soit immédiatement libéré par les autorité chinoises. »

Car Ilham Tohti est en prison depuis 2014,condamné à perpétuité pour séparatisme. C’est l’aboutissement de longues années de surveillance policière : dès le milieu des années 2000, il dénonce ouvertement les discriminations subies par les Ouïghours, la  communauté musulmane installée dans le Xinjiang. Voici, notamment, ce qu’il déclarait :  

« Il n'y a pas de représentants pour nous, aucun journal. Que font les gens normaux lorsqu'ils subissent des injustices ? Certains vont en résistance. Bien que je sois opposé à la violence, je pense que la résistance par la violence va augmenter si les politiques du gouvernement ne changent pas.  

Pékin , sans surprise, a réagi à cette distinction en qualifiant Ilham Tohti de "criminel" . Selon les Nations-Unies et plusieurs Ong, plus d'un million de musulmans seraient détenus, dans des camps de rééducation politique, dans le nord-ouest du pays.