VIDEO. Deux ans après, Fukushima tue encore ?

Deux ans après Fukushima, le Japon veut redémarrer ses réacteurs nucléaires. Coïncidence, ce 9 juillet 2013 est mort le directeur de la centrale, d'un cancer de l'oesophage. "Aucun rapport avec les radiations", assure la firme Tepco.

Le "samouraï de l'atome japonais" est mort ce mardi 9 juillet d'un cancer de l'oesophage, à 58 ans. Directeur de la centrale de Fukushima Daiichi au moment de l'accident, en mars 2011, Masao Yoshida avait résisté à son patron, Tepco, et continué jusqu'au bout à arroser d'eau de mer les réacteurs. Il est resté six mois sur le site au péril de sa vie, avec ses ouvriers exposés aux radiations, rappelle Frédérique Maillard dans ce reportage pour France3.

Masao Yoshida avait même ouvertement déclaré aux journalistes : "La première semaine après l'accident - cela peut sembler un peu extrême de dire ça - j'ai pensé à plusieurs reprises que ma vie était en jeu." Ce soir, son employeur, Tepco, écarte tout lien entre son cancer et son exposition sur le site. Et c'est aujourd'hui, par une sorte d'ironie du calendrier, que la firme présentait ses nouvelles normes de sécurité. 

Au Japon, c'est la reprise du nucléaire. Les "anti" s'inquiètent : "Le risque de séisme est toujours là, et surtout, la catastrophe de Fukushima n'est pas terminée." Combien de Japonais vont mourir de cancers suite à la catastrophe ? Ce présentateur vedette de la télé niponne, lui, est hospitalisé : il avait mangé en direct des légumes cultivés à proximité de la centrale.

Les liquidateurs de la centrale de Fukushima (Japon) février 2012
Les liquidateurs de la centrale de Fukushima (Japon) février 2012 (YOSHIKAZU TSUNO / AFP)