Cet article date de plus de huit ans.

Vidéo Des SDF pour décontaminer Fukushima

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
Article rédigé par
France Télévisions

Sans domicile fixe depuis la catastrophe, ils sont recrutés par des intermédiaires sans scrupule pour nettoyer les zones irradiées. Le scandale des décontamineurs "low cost" de Fukushima en images de l'agence Reuters, commentées par Pierre Didier.   

Dans la ville japonaise de Sendai, à 80 kilomètres de Fukushima, les SDF intéressent les recruteurs - qui n'hésitent pas à les envoyer sur un front radioactif. "On traîne ici avec nos sacs, on tourne autour de la gare, on est faciles à repérer, explique Shizuya. Ils nous disent : 'Vous cherchez du travail ? Vous avez faim ?' On répond oui, et ils nous offrent un job." Et quel job ! nettoyeur sur le site de la centrale sinistrée, à 6 euros de l'heure - dont sont déduits logement et nourriture. 

Le scandale a été révélé par un pasteur, qui a ouvert un centre de jour pour ces gens ayant souvent perdu leur habitation dans le tsunami de 2011 : "Les employés de la centrale ont déjà atteint les limites de l'irradiation et ne sont plus autorisés à travailler. On masque la pénurie de personnel qualifié en recrutant des sans-abri qui ne savent pas qu'ils risquent leur vie."

Les grandes entreprises paient des intermédiaires pour recruter des SDF, à raison de 80 euros par tête. "Je ne pose pas de question. C'est mon travail : je trouve des gens, je reçois ma commission. Ce qui se passe après, ça ne me regarde pas", assène l'un d'eux, qui en a embauché des dizaines.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.