Japon : Nagasaki se recueille, 75 ans après la destruction de la ville par la bombe atomique

Le 9 août 1945, à 11h02, l'explosion de la Bombe A avait détruit 80% des bâtiments de Nagasaki, et causé la mort d'environ 74 000 personnes.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des Japonais observent une minute de silence en hommage aux milliers de victimes de Nagasaki, le 9 août 2020. (AFP/YOMIURI)

La ville de Nagasaki, au Japon, a commémoré dimanche 9 août le bombardement nucléaire américain qui l'a détruite il y a 75 ans, trois jours après la première attaque nucléaire de l'histoire sur Hiroshima. En raison de l'épidémie de coronavirus, les participants de la cérémonie étaient cette année dix fois moins nombreux que d'habitude.

Le 9 août 1945, à 11h02, l'explosion de la Bombe A avait détruit 80% des bâtiments de Nagasaki, dont sa célèbre cathédrale d'Urakami. Au total, environ 74 000 personnes sont mortes. 

Une messe a été célébrée en mémoire des victimes dans la cathédrale proche de l'hypocentre de l'explosion, puis à 11h02, la cloche du monument de la paix a retenti. Les hôtes se sont figés, debout, pour une minute de silence. Une poignée de représentants des survivants, des familles de victimes, des écoliers et lycéens ont apporté symboliquement de l'eau recueillie en différents points de la ville, pour rappeler les personnes agonisant le jour du bombardement, qui réclamaient de l'eau.

Le maire de Nagasaki Tomihisa Taue a appelé son pays à signer le traité des Nations unies interdisant les armes atomiques, sous le regard du Premier ministre, Shinzo Abe. Il l'avait fait pour la première fois lors de la cérémonie d'août 2017, en des termes très vifs, alors que ce texte venait d'être adopté par 122 pays. Les puissances nucléaires (Etats-Unis, Russie, Royaume-Uni, Chine, France, Inde, Pakistan, Corée du Nord et Israël) avaient boycotté les discussions, de même que la plupart des pays de l'Otan et le Japon.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.