Fukushima : 10 ans après, il y a "une contamination chronique, pérenne, très grave pour la planète", affirme un journaliste

Jean-Michel Jacquemin-Raffestin est le co-auteur du livre "Fukushima, tremblements et stupeur dix ans après". Il estime que les leçons des accidents nucléaires n'ont pas été tirées.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un chantier de construction de réservoirs pour stocker des matières radioactives extraites du sol près de Fukushima (Japon), en novembre 2016. (Kyodo News / MAXPPP)

[Cet article a été mis à jour. Dans une première version publiée jeudi 11 mars, l'interview de cet interlocuteur était retranscrite dans son intégralité. Ses propos, pas suffisamment étayés, ne peuvent être publiés sans contre-point. Nous les avons dépubliés.]

Dix ans après la catastrophe de Fukushima, conséquence d'un tremblement de terre et d'un tsunami qui ont fait près de 20 000 morts, "on ne peut pas dire qu'on a vraiment tiré les leçons", estime, jeudi 11 mars, sur franceinfo Jean-Michel Jacquemin-Raffestin, co-auteur avec Mickael Naveau de Fukushima, tremblements et stupeur dix ans après

Depuis la catastrophe, "ce sont 200 000 personnes qui ont été déplacées", estime-t-il. Des personnes qui ont été évacuées ou qui ont souhaité partir d'elles-mêmes. "Comme les gens reviennent vivre sur place, on a juste gratté la terre sur cinq centimètres. On remet les gens dans leur maison, les enfants dans les écoles. Fukushima est un endroit au Japon où il y a énormément de forêts. Les forêts ne sont pas nettoyées. Sur la préfecture de Fukushima, il y a peut-être un vingtième qui est nettoyé et le reste, pas du tout."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Fukushima

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.