Rencontre avec Karin Viard en immersion au Japon pour son film "Tokyo Shaking"

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
Cinéma : Karine Viard face à la catastrophe de Fukushima dans "Tokyo Shaking"
France 2
Article rédigé par
N. Lemarignier, J-M Lequertier, P. Crapoulet, M. Le Rue - France 2
France Télévisions

"Tokyo Shaking", le nouveau film dans lequel joue Karin Viard, sort bientôt en salles. Il raconte l'histoire d'une mère qui doit choisir entre sauver ses enfants lors de la catastrophe de Fukushima ou rester à son poste. Le journaliste Nicolas Lemarignier a pu rencontrer l'actrice, qui fait partie des comédiennes préférées des Français.

"Tokyo Shaking", c'est l'histoire d'une banquière expatriée à Tokyo en 2011 pendant la catastrophe de Fukushima (Japon) : elle doit choisir entre sauver ses enfants et rester à son poste", explique le journaliste de France Télévisions Nicolas Lemarignier. L'actrice raconte l'expérience qu'elle a vécue lors du tournage de ce film signé Olivier Peyon. "Ça a été génial" de vivre trois semaines et demi au Japon, confie l'actrice. "Mais il y a une chose qui me rend dingue dans leur culture : c'est leur rigidité. Je ne peux pas supporter. C'est une société ultra machiste et patriarcale", ajoute-t-elle. Karin Viard soutient la jeune génération d'actrices japonaises qui luttent pour avoir plus de droits et de libertés. "C'est pas gagné, je peux vous dire", affirme-t-elle.

Un drame encore bien présent

Il était difficile d'évoquer le drame de Fukushima avec l'équipe du film, encore bien présent dans les esprits. "C'est un vrai traumatisme pour les Japonais, je n'ai pas vraiment réussi à en parler", explique l'actrice. Elle sera également prochainement à l'affiche des films Les Fantasmes et L'Origine du monde, où elle apparaît nue. "Quiconque veut me voir nue pourra me voir nue dans ce film", s'amuse-t-elle, avant de préciser que c'était important pour elle de pouvoir montrer son corps à 55 ans.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Fukushima

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.