Daech roule en Toyota, le constructeur embarrassé

On ne voit qu’eux. Les rutilants pick-up Toyota sont de toutes les parades de Daech. Au point que le Département du Trésor des Etats-Unis s’interroge sur les chaînes d’approvisionnement des djihadistes.

Défilé de Daech
Défilé de Daech (DR)

Le constructeur japonais dit soutenir pleinement l’enquête américaine. Il s’agit de remonter les filières de livraison des véhicules. Savoir comment ces 4X4 se sont retrouvés aux mains des djihadistes. Car la présence de pick-up Toyota est loin d’être anecdotique. Fréquemment, sur les photos et vidéos de propagande, Daech exhibe une file interminable de véhicules. Des voitures neuves, souvent de couleur identique, sable, comme si tout cela correspondait à une commande, équipées généralement d’une mitrailleuse sur la plateforme.
 
«Toyota a une politique stricte qui consiste à ne pas vendre de véhicules à des acheteurs qui pourraient les utiliser ou les modifier à des fins d'activités paramilitaires ou terroristes», se défend le constructeur qui précise à l’AFP mais «il est impossible pour un constructeur de contrôler les filières indirectes ou illégales».

Parade de 4X4 de Daech en Libye
Parade de 4X4 de Daech en Libye (DR)

Difficile en effet de connaître les filières. Ainsi selon Sputnick, qui cite le journal australien le Telegraph, 800 véhicules tout-terrain ont été volés à Sydney. Les média turcs quant à eux parlent d’une opération en janvier 2015 durant laquelle l’Etat islamique a récupéré 5000 voitures qui ont transité par la Turquie.
 
L’enquête du Trésor américain permettra peut-être de mettre la main sur un négociateur. Quoi qu’il en soit, le pick-up reste le véhicule préféré des rébellions. Peu cher, costaud, tout-terrain... on peut facilement l’équiper d’un armement léger. Le site Quartz rappelle qu’on retrouve ces véhicules, Toyota ou pas, sur toutes les scènes de conflit.