L’Italie prend soin de ses seniors

En Italie, la population baisse et vieillit. Mais dans le pays, la solution de la maison de retraite ne fait pas fureur. Les familles préfèrent accueillir les aïeux à la maison.

La population baisse, elle vieillit... En Italie, un quart de la population a plus de 65 ans. Alors, au lieu de placer les parents en maison de retraite (inimaginable là-bas), les enfants font de la place dans leur domicile. Garder ses parents âgés à la maison est une tradition. Hors de question d’envisager la maison de la retraite. "En Italie, c’est une tradition catholique et aussi un principe. Tu m’as donné la vie, tu m’as élevée et je t’accompagnerai jusqu’à la fin, c’est normal", dit une Italienne.

Les auxiliaires plébiscitées

Toute une logistique donc. Du coup, les familles ont besoin d’auxiliaires de vie pour donner les médicaments et faire la lecture. Inconcevable en maison de retraite, avec plusieurs personnes à charge, ce serait impossible. "Dans une maison de retraite, on abandonne les vieux", explique l’une d’entre elles. En Italie, on en compte environ 380.000. Une maison de retraite coûte 1.800 euros par mois contre 1.000 € pour une aide à domicile. Des agences spécialisées proposent même des catalogues en ligne. Un marché florissant, où tous les CV sont contrôlés.

Le JT
Les autres sujets du JT
La solitude rend les personnes âgées particulièrement vulnérables aux escroqueries et aux vols (illustration).
La solitude rend les personnes âgées particulièrement vulnérables aux escroqueries et aux vols (illustration). (MAXPPP)