Cet article date de plus de quatre ans.

Italie : "Mein Kampf" retrouvé au domicile de l'homme qui a tiré sur des étrangers

Une enquête pour tentative de "massacre aggravé par un objectif raciste" est ouverte. L'homme, un Italien de 28 ans, doit aussi répondre du chef de "port illégal d'arme".

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un italien a été arrêté après avoir tiré sur plusieurs étrangers à Macerata, le 3 février 2018. (ITALIAN CARABINIERI PRESS OFFICE / AFP)

Le profil de l'auteur d'une fusillade en Italie se précise. Une copie de Mein Kampf, un livre d'histoire sur Benito Mussolini, un magazine sur la jeunesse fasciste et des croix celtiques ont été découverts chez Luca Traini, à Macerata (centre de l'Italie), ont révélé, dimanche 4 février, les carabiniers italiens. Le jeune homme est accusé d'avoir blessé, samedi, six Africains en tirant des coups de feu à partir d'une voiture qui a sillonné le centre-ville pendant deux heures.

Les enquêteurs ont également saisi les ordinateurs du tireur, dans le cadre d'une enquête pour tentative de "massacre aggravé par un objectif raciste". L'homme doit aussi répondre du chef de "port illégal d'arme". Luca Traini, crâne rasé, tatouage d'inspiration fasciste sur la tempe, a, d'après les policiers, vidé deux chargeurs avec un pistolet semi-automatique.

L'homme a spontanément expliqué aux enquêteurs que la mort d'une jeune femme avait été "le déclencheur" de son action dans les rues de Macerata, selon la presse dominicale italienne. Le corps de Pamela Mastropietro, une Italienne de 18 ans, a été retrouvé découpé en morceaux dans des valises. Un Nigérian demandeur d'asile et dealer de drogue est soupçonné de l'avoir assassinée.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Italie

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.