Italie : le référendum de tous les dangers

L'Italie vote, dimanche 4 décembre, par référendum sur une réforme du Sénat. Mais au-delà de la question posée, c'est le sort de Matteo Renzi qui est en jeu.

France 2

Meeting après meeting, Matteo Renzi est infatigable. 60 déplacements en quelques jours. Lui qui a promis de quitter le pouvoir en cas de défaite doit tout faire pour convaincre l'Italie de voter oui au référendum, dimanche 4 décembre. Le fringant Premier ministre veut réduire le nombre de sénateurs et surtout leurs pouvoirs. En clair, empêcher que le Sénat ne puisse renverser l'exécutif dans un pays qui a connu 60 gouvernements en 70 ans.

Cristallisation des inquiétudes

Mais Matteo Renzi n'avait pas prévu qu'une telle réforme cristalliserait les inquiétudes, bien au-delà de l'enjeu constitutionnel. Sa réforme s'apparente donc à un plébiscite pour ou contre le gouvernement. Depuis des semaines, le camp du nom bat le pavé. En mettant son sort dans la balance, les observateurs l'affirment Renzi s'est pris à son propre piège. Le non au référendum est pour l'instant donné en tête.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le Premier ministre italien Matteo Renzi délivre un discours devant le Parlement européen à Strasbourg (Bas-Rhin), le 2 juillet 2014.
Le Premier ministre italien Matteo Renzi délivre un discours devant le Parlement européen à Strasbourg (Bas-Rhin), le 2 juillet 2014. (FREDERICK FLORIN / AFP)