Cet article date de plus d'un an.

"Ici c'est un désastre, c'est presque la fin" : des restaurateurs italiens réclament la réouverture de leurs établissements

Le mouvement "Io Apro" appelle les restaurateurs à manifester mardi à Rome pour que tous les commerces rouvrent dès mercredi 7 avril.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
"Maintenant ça suffit", banderole déployée par les restaurateurs lors de la mobilisation contre la fermeture de leurs établissements le 22 février 2021. (ALBERTO PIZZOLI / AFP)

Les commerçants et restaurateurs cherchent à se faire entendre en Italie. Alors qu'ils doivent rester fermés encore tout le mois d'avril, le mouvement "Io Apro" les appelle à descendre dans les rues de Rome mardi 6 avril pour demander la réouverture immédiate des commerces. 

À l'origine de cet appel, Umberto Carriera, 32 ans, possède six restaurants. Il a déjà tenté de mobiliser à Milan, Naples ou Palerme avant l'appel lancé pour manifester dans la capitale italienne. "Nous devons tous rouvrir ! La seule manière d'y arriver c'est de faire la révolution et de rouvrir en respectant les règles", explique-t-il. Mais pour cela, "on a besoin de tout le monde sur les places ! Si l'on est nombreux, unis, je suis sûr qu'on atteindra notre objectif." 

Un quart des salariés du secteur a perdu son emploi

Pour l'instant, les appels peinent à mobiliser. Jusqu'ici, Umberto et ses acolytes n'ont rassemblé que quelques centaines de personnes à chaque rassemblement. "Une manifestation pacifique ça ne sert à rien, parce qu'ils connaissent la situation et font semblant de ne pas savoir", estime par exemple Filipo, restaurateur dans le coeur de Rome, qui n'ira pas manifester mardi. Il avait au départ onze employés, il ne lui en reste plus que deux.  

"C'est inutile de manifester encore pacifiquement après plus d'un an, ils nous donnent des miettes, c'est de l'aumône. Moi je préfère qu'ils ne me donnent rien et rouvrir !"

Filipo, restaurateur romain

à franceinfo

Aldo lui aussi tient un restaurant, mais plus pour longtemps. "Moi personnellement je peux tenir jusqu'à juin mais je n'aurai plus rien", s'alarme-t-il. D'après lui, dans le secteur, "40% sont déjà morts, 20% se sont endettés à vie et 40% sont encore là, j'en fais partie mais on est très peu. Ici c'est un désastre, c'est presque la fin !"

En moyenne, un salarié sur quatre du secteur des bars et restaurants en Italie a perdu son emploi. Les trois quarts ont moins de 40 ans.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Italie

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.