France - Italie : entre Rome et Paris, rien ne va plus

La France a rappelé son ambassadeur à Rome afin de protester contre les attaques des deux vice-présidents du Conseil italien, dont l'un est venu rencontrer des "gilets jaunes" sur le sol français.

Voir la vidéo
FRANCE 2

C'est une mesure diplomatique d'une gravité exceptionnelle. La France a rappelé son ambassadeur en Italie, à la suite des nombreux propos tenus par les deux vice-présidents du Conseil italien issus d'une coalition populiste, Matteo Salvini et Luigi Di Maio. L'acte final qui a déclenché la colère de Paris est la visite secrète de Luigi Di Maio en France afin de rencontrer des "gilets jaunes", dont l'un est candidat aux élections européennes. S'en est suivi un tweet du vice-président du Conseil où l'on pouvait lire : "Le vent du changement a franchi les Alpes."

La France manifeste sa "mauvaise humeur"

Pour le gouvernement français, c'est "une provocation supplémentaire et inacceptable" de la part du leader du mouvement de gauche 5 étoiles. C'est une décision historique depuis la Seconde Guerre mondiale entre les deux pays. "Je vois des comportements ou des propos tenus par certains hommes politiques italiens qui ne correspondent pas à la qualité de notre relation. C'est donc une manifestation de mauvaise humeur de notre part", a déclaré Nathalie Loiseau, ministre chargée des Affaires européennes.

Le JT
Les autres sujets du JT
Les vice-Premiers ministres italiens Luigi Di Maio et Matteo Salvini à Rome, le 1er juin 2018.
Les vice-Premiers ministres italiens Luigi Di Maio et Matteo Salvini à Rome, le 1er juin 2018. (ALBERTO PIZZOLI / AFP)