Italie : la région des Marches, un fief de la politique post-fasciste

Publié
Italie : la région des Marches, un fief de la politique post-fasciste
Article rédigé par
R.Schapira, C.Napoli, L.Giuily - France 2
France Télévisions

Giorgia Meloni, la probable future Première ministre italienne, est anti-immigration, anti-avortement et hostile au lobby LGBT. Reportage dans la région des Marches, en Italie, qui sert depuis deux ans de "laboratoire" à son parti, Fratelli d’Italia.

Le parti de Giorgia Meloni teste sa politique dans la région des Marches (Italie). Depuis la fin de la guerre, cette région de l’est avait toujours voté à gauche, avant de basculer à l’extrême droite il y a deux ans. À sa tête figure l’un des lieutenants de Giorgia Meloni. Dans la foulée de l’élection, la nouvelle majorité a cumulé les polémiques. Des élus ont été photographiés en train de commémorer la prise de pouvoir de Mussolini, avec un menu hommage au dictateur.

Le droit à l’avortement contraint

L’une de leurs premières mesures a été de limiter le droit à l’avortement. Alors désormais, dans cette région, la possibilité d’avorter par voie médicamenteuse est réduite à sept semaines contre neuf dans le reste du pays. Le Planning familial de la petite ville d’Ascoli (Italie) est l’un des rares endroits qui accueille des femmes, comme une mère de famille de 44 ans. Elle a avorté le mois dernier in extremis, pensant qu’elle n’y arriverait jamais. Dans l’hôpital de sa ville, aucun médecin n’accepte de pratiquer l’avortement.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.