DIRECT. Crise italienne : Emmanuel Macron salue le "courage" et la "responsabilité" du président italien

Le président italien, Sergio Mattarella, a chargé lundi Carlo Cottarelli, un ancien responsable du Fonds monétaire international (FMI), de former un gouvernement technique, a annoncé la présidence.

Le président italien Sergio Mattarella s\'apprête à désigner, le 28 mai 2018, Carlo Cottarelli, incarnation de l\'austérité budgétaire, pour diriger le pays vers de nouvelles élections.
Le président italien Sergio Mattarella s'apprête à désigner, le 28 mai 2018, Carlo Cottarelli, incarnation de l'austérité budgétaire, pour diriger le pays vers de nouvelles élections. (CORTESA / NOTIMEX / AFP)
Ce qu'il faut savoir

En plein chaos politique, le président italien, Sergio Mattarella, a désigné, lundi 28 mai, Carlo Cottarelli, incarnation de l'austérité budgétaire, pour conduire le paysLe chef de l'Etat avait imposé son veto dimanche à un gouvernement populiste clairement eurosceptique. Suivez notre direct. 

"Monsieur Ciseaux". Le président italien a annoncé dès dimanche soir la convocation de Carlo Cottarelli, un économiste de 64 ans, ancien haut responsable du Fonds monétaire international (FMI), surnommé "Monsieur Ciseaux" pour son rôle dans la réduction des dépenses publiques en 2013-2014 sous les gouvernements de centre-gauche. "Le président Mattarella a reçu le docteur Cottarelli, auquel il a demandé de former un gouvernement", a ensuite annoncé, lundi devant la presse, le secrétaire général de la présidence, Ugo Zampetti, à l'issue d'une entrevue entre les deux hommes. 

Des élections anticipées au plus tard "début 2019". Carlo Cottarelli a assuré que des élections anticipées se dérouleront en Italie au plus tard "début 2019", mais sans doute à l'automne. "Je me présenterai au Parlement avec un programme qui, si j'obtiens la confiance, incluera le vote du budget 2019. Ensuite, le Parlement sera dissous, avec des élections début 2019", mais sans la confiance les élections se dérouleront "après le mois d'août", a-t-il dit à la presse.

Guiseppe Conte renonce. Giuseppe Conte, ce juriste novice en politique que les chefs du Mouvement 5 étoiles (M5S, "antisystème"), Luigi Di Maio, et de la Ligue (extrême droite), Matteo Salvini, majoritaires au Parlement, avaient proposé pour le poste de chef de gouvernement, a renoncé à devenir Premier ministre. 

Le veto du président italien sur une nomination. Depuis plusieurs jours, les discussions achoppaient notamment sur l'identité du futur ministre des Finances. Le chef de l'Etat a refusé de nommer à ce poste Paolo Savona, 81 ans et eurosceptique déclaré, provoquant la colère de Matteo Salvini, le patron de la Ligue.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #ITALIE

20h12 : Destitution du président, gouvernement d'intérim, élections anticipées... Depuis que le président a recalé la nomination du gouvernement, l'Italie fait face à une crise politique sans précédent. Que peut-il se passer à présent ? Franceinfo vous répond.

18h15 : Le président italien avait-il le droit de mettre son veto parce qu'un ministre eurosceptique ne lui convenait pas ? Franceinfo vous répond.

15h24 : Emmanuel Macron salue le "courage" et la "responsabilité" du président italien qui a chargé Carlo Cottarelli de former le gouvernement.

14h57 : "Il est vraiment difficile de croire dans les lois et les institutions de l'Etat."

Le leader du Mouvement 5 étoiles condamne vivement, lui aussi, la nomination de Carlo Cottarelli.

14h55 : "Tout ça n'est pas la démocratie, ce n'est pas le respect du vote populaire. C'est seulement le dernier soubresaut des pouvoirs forts qui veulent une Italie esclave, appauvrie et précaire."

Le patron de la Ligue (extrême droite) ne mâche pas ses mots pour critiquer la nomination de Carlo Cottarelli à la tête du gouvernement.

13h15 : Le président a fait ce qu'il devait faire. Gouvernement incapable de gouverner dans un contexte européen, il fallait prendre une décision. Bravo.

13h15 : Les Italiens n'avaient pas non plus voté pour une alliance Ligue/Mouvement 5 étoiles, ce n'était pas une coalition envisagée avant les élections.

13h15 : Je ne supporte ni la Ligue ni le MS5 mais je trouve effectivement que nous somme face a un scandale démocratique.

13h15 : La nomination de Carlo Cottarelli, un défenseur de l'austérité budgétaire, vous divise dans les commentaires. Certains évoquent un "scandale démocratique", d'autres estiment que c'est un choix nécessaire compte tenu du chaos politique.


12h55 : Carlo Cottarelli présente les prochaines échéances. "Je me présenterai au Parlement avec un programme qui, si j'obtiens la confiance, incluera le vote du budget 2019. Ensuite, le Parlement sera dissous, avec des élections début 2019", déclare-t-il, précisant que s'il n'obtient pas la confiance, les élections se dérouleront "après le mois d'août".

12h49 : Quel scandale ! L'Italie à la botte de l'Union européenne. Les Italiens n'ont pas voté pour ça.

12h49 : Mon petit doigt me dit que les Italiens vont souffrir...

12h49 : Dans les commentaires, l'arrivée au pouvoir de Carlo Cottarelli ne vous inspire pas confiance.

12h42 : Carlo Cottarelli est l'incarnation de l'austérité budgétaire, selon de nombreux commentateurs.



(STEPHEN JAFFE / IMF / AFP)

12h40 : Le président italien charge Carlo Cottarelli de former le gouvernement. Il s'agit d'un ancien responsable du Fonds monétaire international.

11h02 : Le porte-parole du PS, Boris Vallaud, soutient lui sur Europe 1, la décision du président italien Sergio Mattarella de s'opposer à la nomination de l'eurosceptique Paolo Savona au ministère de l'Économie. "Il a eu raison d'assumer pleinement sa fonction et ses prérogatives constitutionnelles", estime le député socialiste.

10h59 : "Je désapprouve l'attitude du président italien. Les droits constitutionnels en Italie permettent au président de la République de faire ça. C'est une folie antidémocratique. Parfois, on peut s'interroger : est-ce que des institutions sont vraiment l'expression de la démocratie".


10h54 : La crise politique qui s'accentue en Italie divise la classe politique jusqu'en France. Marine Le Pen dénonce le "coup d'Etat" de l'Union européenne derrière la décision du président italien. Sergio Mattarella s'apprête à désigner Carlo Cottarelli, incarnation de l'austérité budgétaire, pour diriger le pays vers de nouvelles élections.

06h57 : C'est l'homme dont l'Italie va parler aujourd'hui : Carlo Cottarelli. Il devrait être chargé de former un gouvernement par le président italien. Le Figaro vous explique pourquoi le MS et la Ligue ont une dent contre cet économiste de 64 ans, ancien du Fonds monétaire international,surnommé "Monsieur Ciseaux" pour son rôle dans la réduction des dépenses publiques.