Viaduc de Gênes : entre deuil et colère

En duplex depuis Gênes, en Italie, le journaliste Benjamin Delombre revient sur la cérémonie d'obsèques des victimes de l'effondrement du pont Morandi, célébrée samedi 18 août au matin. 

FRANCE 3

Quatre jours après l'effondrement du pont Morandi à Gênes (Italie) mardi 14 août, une messe solennelle est célébrée samedi 18 août en hommage aux victimes. "Il y a quelque chose de saisissant à voir cette foule rassemblée devant les 18 cercueils entourés de fleurs, ceux des victimes, dont les familles ont accepté de venir aujourd'hui", témoigne le journaliste Benjamin Delombre, envoyé spécial sur place. "De l'émotion, il y en a eu tout à l'heure, juste avant la cérémonie, quand sont apparus notamment les secouristes. Des applaudissements spontanés se sont alors déclenchés", ajoute-t-il.

L'État italien pointé du doigt

Le journaliste évoque "une unité qui reste pourtant précaire, car il y a ici beaucoup de rancœur. [...] Ce qu'on est en train de vivre n'est peut-être qu'une parenthèse, et demain sera à coup sûr l'heure de rendre des comptes. Les autorités italiennes qui seront alors visées", conclut-il.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des familles se recueillent sur les cercueils de leurs proches qui ont perdu la vie dans l\'effondrement du pont à Gênes, le 17 août 2018.
Des familles se recueillent sur les cercueils de leurs proches qui ont perdu la vie dans l'effondrement du pont à Gênes, le 17 août 2018. (MARCO BERTORELLO / AFP)