Les leçons de la catastrophe de Gênes : quels enseignements pour nos ponts ?

L'effondrement du pont de Gênes (Italie), le 14 août 2018, interroge sur la qualité de nos ponts, notamment à Crépy-en-Valois dans l'Oise.

FRANCE 2

Un pont dans un état lamentable. À vue d'oeil, les fissures apparaissent, et transpercent ce pont vieux de 90 ans à Crépy-en-Valois (l'Oise). Des preuves accablantes de ce délabrement, il en tombe régulièrement sous la forme de blocs de béton issus de cette ancienne structure. De quoi faire peur aux automobilistes : "Un jour, il s'effondrera. C'est sûr", affirme, fataliste, l'un d'entre eux.

Au cœur du délabrement, une bataille juridique

Problème, aucun travaux n'a été effectué sur le pont depuis 30 ans. La SNCF et le département de l'Oise sont en bataille juridique pour savoir à qui appartient le pont. En attendant, 7 000 véhicules l'empruntent par jour. Le maire de la commune, Bruno Fortier (sans étiquette), est démuni face à l'impuissance de pouvoir s'atteler à la tâche : "Je ne veux même pas imaginer cet écroulement. Pour l'instant, on parle de reconstruction et ça, c'est le plus important", essaie-t-il se rassurer à mesure que sa main démontre l'état de déréliction du pont en saisissant facilement des morceaux cassés. Un problème qui n'est pas anodin. En France, on estime à 25 000 le nombre de ponts en mauvais état structurel, et qui pose des problèmes de sécurité. Ces dernières années, 45 millions d'euros en moyenne ont été investis dans l'entretien des ponts. Mais les sénateurs estiment qu'il faudrait tripler le budget. 

Le JT
Les autres sujets du JT
Les ruines du pont effondré de Gênes (Italie), le 15 décembre 2018.
Les ruines du pont effondré de Gênes (Italie), le 15 décembre 2018. (FILIPPO MONTEFORTE / AFP)