Effondrement du pont de Gênes : la société Atlantia va sortir des autoroutes italiennes

La filière autoroutes du groupe, Aspi, va être transférée à un organisme public contre une compensation financière de 3,4 milliards d'euros.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Une vue du nouveau viaduc de 1 067 mètres de long construit à Gênes (Italie), le 22 mai 2020. La première voiture y a circulé un mois plus tard.  (FABRIZIO DI NUCCI / NURPHOTO / AFP)

Le groupe Atlantia, contrôlé par la famille Benetton, va sortir des autoroutes italiennes selon un accord trouvé avec le gouvernement, après l'effondrement meurtrier du pont de Gênes. Cet accord, dévoilé mercredi 15 juillet, prévoit "le transfert immédiat du contrôle d'Aspi [la filiale autoroutière italienne d'Atlantia] à un organisme public, la Caisse des dépôts et prêts". La compensation financière a été fixée à 3,4 milliards d'euros.

Des défauts dans l'entretien du pont

Atlantia détient actuellement 88% d'Aspi, le gestionnaire du pont de Gênes qui s'est effondré en août 2018, coûtant la vie à 43 personnes. L'entreprise se trouve dans la tourmente car l'enquête, encore en cours, a mis en évidence de graves manquements dans l'entretien du pont.

En parallèle, le gouvernement avait lancé une procédure pour décider de retirer ou non ses concessions autoroutières à Aspi, avant de donner il y a quelques jours à Atlantia un ultimatum pour formuler une proposition acceptable pour éviter une telle situation.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.