DIRECT. Effondrement d'un pont à Gênes : l'action du gestionnaire de l'autoroute perd 26% en bourse

Trente-huit morts et 16 blessés ont pour l'instant été retrouvés, mais les autorités affirment qu'il y a aussi des disparus.

Les décombres du pont Morandi à Gênes (Italie) éclairés pour permettre la poursuite des recherches la nuit, le 15 août 2018.
Les décombres du pont Morandi à Gênes (Italie) éclairés pour permettre la poursuite des recherches la nuit, le 15 août 2018. (PIERO CRUCIATTI / AFP)
Ce qu'il faut savoir

Atlantia boit la tasse. L'action du groupe italien, gestionnaire du pont Morandi qui s'est effondré mardi à Gênes, s'est effondrée de 26,21% à la Bourse de Milan, jeudi 16 août. Le titre, suspendu en début de séance, valait 17,37 euros à 11h30. Le bilan officiel provisoire est toujours de 38 morts et 16 blessés, dont neuf graves, mais les autorités estiment qu'il y a aussi des disparus. Suivez l'avancée des recherches et de l'enquête dans ce direct.

 L'État d'urgence décrété à Gênes. Cette situation exceptionnelle doit durer un an. Le président du Conseil, Giuseppe Conte, a annoncé mercredi le déblocage d'une première tranche d'aide d'urgence de cinq millions d'euros. Les logements situés sous le pont seront démolis et le gouvernement s'est engagé à reloger, avant la fin de l'année, les 634 habitants évacués après la catastrophe.

 Une journée de deuil national a été annoncée par Giuseppe Conte. Sa date n'est pas encore annoncée, mais les médias italiens pensent qu'elle aura lieu samedi, le jour où la ville de Gênes prévoit des funérailles solennelles pour les victimes, avec une messe.

 La concession de l'autoroute révoquée ? C'est le projet du gouvernement italien, qui a critiqué la société Autostrade per l'Italia, gérante de ce tronçon comme de la moitié des autoroutes d'Italie. Pour Luigi Di Maio, ministre du Développement économique, le pont s'est écroulé "parce que la maintenance n'a pas été faite". Matteo Salvini, le ministre de l'Intérieur, exige même une révision d'autres concessions publiques et la prison ferme pour les dirigeants responsables.

Au moins quatre Français parmi les victimes. Le ministère des Affaires étrangères français a confirmé mercredi la découverte des corps de quatre ressortissants français dans les décombres. Selon les informations de franceinfo, il s'agit de deux jeunes femmes et deux jeunes hommes qui se rendaient à un festival de musique techno en Italie. Les sauveteurs continuent, jeudi, les recherches pour retrouver d'éventuels survivants.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #GENES

23h37 : Une photo qui passe très mal en Italie. Mardi soir, peu après l'effondrement de pont Morandi à Gênes, le ministre de l'Intérieur italien aurait partagé un repas avec des sympathisants de la Ligue, son parti d'extrême droite. Des photos, le montrant tout sourire autour d'une table, font le tour des réseaux sociaux et provoque la polémique. LCI vous en dit plus.

17h55 : "Ma fille va mal, elle ne dort pas la nuit, elle se réveille en criant 'le pont, le pont !'. Elle en a déjà trop vu."

La fille de Wendy est victime de terreurs nocturnes depuis l'effondrement d'un segment du pont.

17h55 : "J'ai sorti une famille entière morte dans une voiture. C'était indescriptible." Gavino, Wendy et leurs trois enfants habitaient sous le pont Morandi. Ils ne peuvent plus regagner leur maison, comme les 634 habitants du quartier de Sampierdarena. Toute la famille est traumatisée, racontent les deux parents à franceinfo.




(MARCO BERTORELLO / AFP)

17h25 : "La voiture qui se trouvait devant moi a disparu et semblait engloutie par les nuages. J'ai levé les yeux et j'ai vu le pylône du pont tomber." Le conducteur d'un camion, qui a échappé de justesse à l'effondrement du pont Morandi, a raconté ce qu'il a vécu. "J'ai mis la marche arrière, comme pour essayer d'échapper à cet enfer."




(VALERY HACHE / AFP)

15h31 : "Il est temps de mettre en place un plan Marshall pour notre réseau routier." Après l'effondrement d'une portion du pont Morandi, Hervé Maurey, sénateur Union centriste de l'Eure, tire la sonnette d'alarme. "Il est urgent de réagir et de mettre les moyens nécessaires si on veut éviter un drame comme celui qui vient de se produire en Italie", déclare-t-il.

14h09 : "En ce moment, les ambulances paient le péage sur les autoroutes ! Je me demande où certaines personnes ont leur cœur et leur cerveau." Le ministre italien de l'Intérieur, Matteo Salvini, demande à la société autoroutière gestionnaire du pont effondré à Gênes de suspendre certains péages. "J'attends que les péages soient suspendus aujourd'hui", a-t-il insisté.

13h29 : Un journaliste suisse sur place rapporte les propos du procureur de la ville. Selon ce dernier, il y a encore 10 à 20 personnes portées disparues sous les décombres.

13h22 : L'effondrement d'une portion du Morandi affole la Bulgarie. Le pays envisage la rénovation de tous ses ponts après l'effondrement du viaduc à Gênes. Le ministre bulgare du Développement régional annonce que 211 ponts, la plupart vieux de 35 à 40 ans, sont en mauvais état.

12h51 : Le bilan provisoire de la catastrophe est revu à la baisse. Le chef du gouvernement italien, Giuseppe Conte, annonce que l'effondrement d'une portion de cette portion d'autoroute a fait 38 morts (contre 39 précédemment). Le dirigeant précise qu'il y a 16 blessés. Neuf d'entre eux se trouvent encore dans un état grave.

11h54 : "Cette nuit, on n'a pas eu de chance, on n'a trouvé personne."

Sur place, les grues et les pelleteuses continuent de déblayer des décombres. "Nous cherchons toujours des cavités qui puissent héberger des personnes, vivantes ou pas", a déclaré Emanuele Gissi, un responsable des pompiers.

11h47 : Après l'effondrement du pont Morandi, l'Italie observera samedi une journée de deuil national, à l'occasion d'une cérémonie de funérailles solennelles dans la matinée à la Fiera de Gênes.




(ANDREA LEONI / AFP)

11h34 : "Nos vies ont été détruites par des gens qui pendant des années nous ont dit que le pont tiendrait le coup."

Les habitants sont envahis par la douleur et la rage. Franceinfo a rencontré certaines des 634 personnes qui vivaient dans des immeubles construits sous la partie du pont qui s'est effondrée en Italie.

11h26 : Bonjour @anonyme. Le blog du M5S a effectivement publié un communiqué en 2013 s’insurgeant contre "la petite fable de l’effondrement du pont Morandi". Comme l'indique Le Monde, la publication a depuis été effacée, mais il reste des captures d'écran qui circulent sur Twitter.

11h26 : Y a-t-il un document du Mouvement de 5 Etoiles qui dit refuser le contournement de Gênes et parle d’un mythe a propos de l’effondrement possible du pont ?

10h37 : Bonjour . Je vais reprendre. Le titre a effectivement chuté de 10% mardi (et non hier). La Bourse était fermée hier (pour cause de 15 août) et le titre a été suspendu près d'une heure ce matin. Après cette suspension, il a perdu plus de 24% à la Bourse de Milan.

10h28 : Je ne comprends pas car vous avez annoncé que la cotation était suspendue à l'ouverture après une baisse de 10% hier.

10h10 : Atlantia, gestionnaire de l'autoroute dont un viaduc s'est effondré à Gênes, perd 24% à la Bourse de Milan après l'effondrement du pont à Gênes.

10h09 : L'effondrement du pont Morandi à Gênes interroge sur la sécurité des ponts français. Comment les ponts sont-ils contrôlés en France ? Eléments de réponse avec France 3.

(FRANCE 3)

10h54 : Quatre Français ont été retrouvés morts après l'effondrement du pont Morandi à Gênes. Comme le détaille Le Parisien, ils s’appelaient Mélissa, Axelle, Nathan et William. Ces quatre jeunes, originaires pour la plupart d'Occitanie, étaient passionnés de musique techno.

09h43 : Le titre du groupe italien Atlantia, gestionnaire de l'autoroute dont un viaduc s'est effondré à Gênes, est suspendu à l'ouverture à la Bourse de Milan. Après l'accident, le titre avait déjà plongé de plus de 10% avant de finir sur une baisse de 5,39% à 23,54 euros.

09h36 : "C'était comme dans un film."

France 2 a recueilli le témoignage des survivants de l'effondrement du pont. "Je voyais les voitures chuter devant moi. J'ai été entraîné vers le bas, mais ma voiture s'est arrêtée à un moment donné et je me suis retrouvé en bas. J'ignore toujours comment ça s'est passé", raconte Davide Cappello.

(FRANCE 2)

08h52 : "Il y a malheureusement une tradition de corruption en Italie et de détournement de fonds publics qui fait que souvent l’argent n’est pas entièrement destiné aux ouvrages publics."

Selon l'historienne Ludmila Acone, "manifestement la société d’autoroute n’a pas fait le travail de maintenance qui était nécessaire".

08h42 : Bonjour @Gus. Toutes les pistes sont actuellement étudiées, mais il manque encore des informations. Certains évoquent la météo, d'autres un problème de conception du pont. Je vous propose de lire cet article qui revient sur les questions qui se posent après le drame à Gênes.

08h42 : On parle beaucoup des fautes mais pas de ce qui a provoqué l'effondrement, version scientifique bien-sûr ? Aucune info la dessus ?

07h31 : Vous êtes nombreux dans les commentaires à nous interroger sur les responsabilités du drame à Gênes. La météo a-t-elle joué un rôle ? Qui gérait le pont ? L’effondrement était-il prévisible ? Voici cinq questions qui se posent après la catastrophe de Gênes.




(PIERO CRUCIATTI / AFP)

07h21 : La France est-elle à l'abri d'une catastrophe comme celle de Gênes ? La presse hexagonale a des doutes. "Ce qui est arrivé en Italie menace en France", déplore par exemple La Voix du Nord. "On ressent un frisson d'angoisse à l'idée que 70% des 15 000 ponts italiens aient plus de 40 ans ou que 7% des ponts français soient aujourd'hui à risque", s'inquiète également Libération.

07h04 : Bonjour @Pascal. L'état d'urgence offre un cadre normatif pour la gestion du site et l'assistance aux plus de 630 personnes évacuées et dont les habitations, en contrebas de ce qui reste du pont, sont condamnées. Le gouvernement s'est engagé à les reloger avant la fin de l'année, ce qui devrait être facilité avec ce cadre de l'état d'urgence.

07h04 : Bonjour, quelle est l'utilité de décréter un état d'urgence de un an ?

07h38 : Il est l'heure de la traditionnelle revue de presse. De nombreux quotidiens mettent encore le drame de Gênes en une. "À qui la faute ?", s'interroge notamment Libération. "L'Italie, entre deuil et colère", complète le journal La Croix.





06h25 : De son côté, la direction d'Autostrade per l'Italia, qui gère le tronçon d'autoroute en question, se défend de toute négligence. Sous le feu de violentes critiques de toutes les figures du gouvernement, elle affirme le sérieux de sa surveillance de l'ouvrage.

07h21 : Après le choc, les Italiens se posent désormais des questions sur ce qui a rendu possible ce drame. Le gouvernement italien a décrété l'état d'urgence à Gênes et il a promis de révoquer la concession de l'exploitant de l'ouvrage, accusé de négligence criminelle. Il a aussi annoncé le déblocage d'une première tranche de cinq millions d'euros d'aide d'urgence, ainsi qu'une journée de deuil national.

06h22 : "Il reste évidemment l'espoir pour les secouristes de retrouver quelques survivants, mais plus le temps passe, plus c'est difficile."

Les sauveteurs ont poursuivi cette nuit leurs recherches pour tenter de trouver des survivants dans les décombres du pont Morandi qui s'est effondré à Gênes. Le bilan provisoire fait état de 39 morts et 16 blessés. Trois enfants de 8 à 13 ans figurent parmi les morts, de même que quatre jeunes Français, trois Chiliens et un Colombien.



(Piero CRUCIATTI / AFP)