Référendum en Italie : les électeurs rejettent massivement la réforme constitutionnelle de Matteo Renzi

Le scrutin s'est transformé, en pleine vague populiste, en plébiscite pour ou contre Matteo Renzi. 

Des partisans du \"non\" au référendum sur la réforme constitutionnelle en Italie, se réunissent au Palais Chigi où Matteo Renzi annonce sa démission, le 4 décembre 2016. 
Des partisans du "non" au référendum sur la réforme constitutionnelle en Italie, se réunissent au Palais Chigi où Matteo Renzi annonce sa démission, le 4 décembre 2016.  (FILIPPO MONTEFORTE / AFP)
Ce qu'il faut savoir

Coup dur pour Matteo Renzi. Les Italiens devaient se pronononcer par référendum, dimanche 4 décembre, sur une réforme constitutionnelle qui s'est transformée en plébiscite pour ou contre le chef du gouvernement. Selon de premiers sondages à la sortie des urnes diffusés par la Rai, le "non" l'emporterait largement face au "oui". 

 Selon un sondage réalisé à la sortie des urnes réalisé par l'institut Piepoli/IPR et diffusé par la Rai, le "non" est crédité de 54 à 58% des voix, quand le "oui" obtiendrait entre 42 et 46% des suffrages. Les résultats définitifs sont attendus dans la nuit. Deux autres sondages, réalisés par Tecne pour Mediaset et EMG Acqua pour La 7, donne une avance de 10 points au "non". 

Matteo Renzi a annoncé sa démission. Le chef du gouvernement avait lié son sort à celui de sa réforme. Vers 0h30, il a annoncé qu'il présenterait sa démission au président de la République. La victoire du "non" favorise les populistes du Mouvement 5 Etoiles (M5S). Son fondateur, Beppe Grillo, devrait réclamer des élections anticipées. Mais le président Sergio Mattarella ne devrait pas dissoudre le Parlement avant une réforme de la loi régissant l'élection des députés.

Une concentration des pouvoirs. Le scrutin portait sur une réforme constitutionnelle prévoyant une réduction drastique des pouvoirs du Sénat, une limitation des prérogatives des régions et la suppression des provinces, l'équivalent des départements français. Une vaste majorité de la classe politique voyait dans cette réforme une plus forte concentration des pouvoirs dans les mains du chef du gouvernement.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #ITALIE

00h32 : Matteo Renzi annonce qu'il présentera sa démission au président de la République.

00h26 : Matteo Renzi s'exprime en ce moment même. Le non au référendum a gagné de "manière nette", reconnaît-il.

00h23 : Devant le palais Chigi, où Matteo Renzi devrait s'exprimer, se rassemblent des partisans du "non" au référendum.



(FILIPPO MONTEFORTE / AFP)

00h18 : Premiers mots de Matteo Renzi, sur Twitter. "Merci à tous, malgré tout. Dans quelques minutes, je serai en direct du Palais Chigi (le siège de la présidence du Conseil). Vive l'Italie ! J'arrive, j'arrive."

00h09 : Un autre chiffre nous parvient, concernant ce référendum : celui de la participation. Et celle-ci est forte, pour un pays où il est habituellement peu élevé, signale le correspondant du Monde à Rome.

00h04 : Comme pour tous le référendums, les électeurs répondent aux questions qu'ils se posent...Et ici, Mattéo Renzi ne se prend-il pas pour la personne qu'il n'est pas? Rien ne n'obligeait à remettre son mandat en question...

00h04 : 61% contre 43% c'est une belle gifle pour le Premier Ministre italien ce qui montre que les italiens veulent Un gouvernement qui pense à leurs intérêts

00h04 : Les Italiens sont fortement attachés à leurs particularités régionales (L'unité de l'Italie existe seulement depuis un peu plus de 150 ans). Renzi n'aurait-il pas du se limiter aux seuls pouvoirs du sénat ?

00h04 : Une nouvelle catastrophe pour l'Italie et aussi pour l'Europe. Bien sûr les électeurs sont irréfléchis d'écouter tous les populismes (Brexit, Italie, Autriche -tou juste-, France -pas loin?...) mais que la responsabilité de l'Europe est immense (Commission autiste, lobbying triomphant, concurrence institutionalisée entre Nations et entre peuples...). Il ne faut pas la rejeter mais la changer. Il y en a assez de ces gens qui n'entendent rien depuis Bruxelles. Ce soir, je suis bien triste pour l'Italie.

00h03 : Les sondages venus d'Italie, donnant une large victoire du "non" au référendum, continuent de vous faire réagir.

23h56 : En revanche, pas encore de réaction de Beppe Grillo, du Mouvement 5 Etoiles. Et Matteo Renzi devrait s'exprimer dans quelques minutes.

23h53 : Matteo Salvini, chef de la Ligue du Nord, mouvement populiste et anti-immigration, invite Matteo Renzi à démissionner.

23h45 : Les médias italiens publient de nouveaux sondages. Et le "non" semble creuser l'écart.

23h38 : Mais le président Sergio Mattarella ne devrait pas dissoudre le Parlement avant une réforme de la loi régissant l'élection des députés.

23h38 : La victoire du "non" favorise les populistes du Mouvement 5 Etoiles (M5S). Son fondateur, Beppe Grillo, devrait réclamer des élections anticipées.

23h38 : La première, et la plus importante, est que Matteo Renzi a assuré qu'il démissionnerait en cas d'échec. Le chef du gouvernement doit s'exprimer aux alentours de minuit. On attend d'éventuelles annonces sur son avenir.

23h37 : Quelles sont les conséquences qui peuvent jaillir de ce scrutin ?

23h34 : Deux autres sondages réalisés à la sortie des urnes (pour Mediaset et La 7) donnent le "non" gagnant, avec au moins dix points d'avance sur le "oui".

23h34 : Séisme politique en Europe !

23h34 : Bravo aux italiens !bravo aux italiens de ne pas avoir cédé tous les pouvoirs aux pro européen

23h15 : Coup dur pour l'Italie, coup dur pour l'Europe !

23h15 : Bonsoir @anonyme. Matteo Renzi est jeune (41 ans), mais il n'est pas le plus jeune. Avec ses 40 ans, le premier ministre belge, Charles Michel, le devance de quelques mois.

23h15 : Matteo Renzi est il le plus jeune dirigeant euopéen ?

23h10 : Matteo Renzi doit maintenant prendre la parole vers minuit. Rappelons que le président du conseil italien a lié son destin à celui de cette réforme constitutionnelle qu'il défend avec vigueur depuis des mois.

23h05 : Selon les estimations de la chaîne italienne Rai basée sur un sondage sorti des urnes, le "oui" se situe entre 42% et 46%, le "non" entre 54% et 58%.

23h03 : Les Italiens rejettent massivement la réforme constitutionnelle de Matteo Renzi, selon des sondages sortie des urnes.

21h51 : Bonsoir @anonyme. Matteo Renzi a lié son sort à celui de ce référendum constitutionnelle. Une victoire du "non" entraînerait la démission du chef du gouvernement et une période d'incertitude politique pour l'Italie. Les populistes du Mouvement 5 étoiles (M5S) comptent sur un rejet de la réforme pour faire un pas de plus vers le pouvoir.

21h51 : Quelles conséquences si le "non" l'emporte ?

21h35 : Le Premier ministre italien Matteo Renzi devrait s'exprimer vers minuit, juste une heure après la fermeture des bureaux de vote, indiquent des sources gouvernementales à l'agence Reuters. Le Premier ministre a lié son avenir politique au référendum constitutionnel.

22h02 : Bonsoir. les premières estimations en Italie sont attendues pour 23 heures, à la fermeture des bureaux de vote. En attendant, je peux vous indiquer que les Italiens se déplacent massivement pour aller voter avec un taux de participation de 57,22% à 20 heures. Pour ne rien manquer des résultats, rendez-vous dans notre direct.




(GREGOR FISCHER / DPA / AFP)

21h25 : Et en Italie ? Connait-on la teneur du référendum ? Merci.

21h25 : Les résultats italiens sont attendus pour quelle heure ?

21h25 : A quelle heure pensez-vous pouvoir donner les 1e estimations? Merci.

21h08 : Bonjour @anonyme. C'est très difficile à dire, comme l'explique le journaliste de France 2 François Beaudonnet. Le fait que les Italiens se déplacent en masse dans les bureaux de vote (la participation a atteint 57,22% à 20 heures) signifient surtout qu'ils ont bien compris les enjeux du scrutin, qui doit notamment déterminer l'avenir politique de Matteo Renzi.