DIRECT. Rappel par la France de son ambassadeur en Italie : le ministre Matteo Salvini se dit prêt à rencontrer Emmanuel Macron

Les attaques dont fait l'objet la France de la part de l'Italie n'ont "pas de précédent depuis la fin de la guerre", estime le Quai d'Orsay.

L\'ambassade de France à Rome en Italie, le 15 juillet 2016.
L'ambassade de France à Rome en Italie, le 15 juillet 2016. (MAX ROSSI / REUTERS)
Ce qu'il faut savoir

"Rome ne veut pas de conflit avec la France", a déclaré jeudi 7 février le vice-président du Conseil Matteo Salvini dans la foulée du rappel par Paris de son ambassadeur en Italie. Matteo Salvini a proposé dans un communiqué de rencontrer le président français Emmanuel Macron et a dit vouloir "tourner la page""Je ne veux de conflit avec personne, les polémiques ne m'intéressent pas", a-t-il déclaré, tout en demandant à la France de cesser de refouler les migrants à la frontière.

Rencontre entre Di Maio et des "gilets jaunes". En début de semaine, le vice-président du Conseil, Luigi Di Maio, issu du Mouvement 5 étoiles (M5S, antisystème) a annoncé sur les réseaux sociaux avoir rencontré des responsables des "gilets jaunes", en concluant : "Le vent du changement a franchi les Alpes. Je répète : le vent du changement a franchi les Alpes."

Une série de propos d'une rare violence. Depuis plusieurs mois, Luigi Di Maio comme le ministre de l'Intérieur, Matteo Salvini, ont multiplié les attaques à l'encontre de la France. Matteo Salvini a ainsi dit espérer que le peuple français se libère bientôt d'un "très mauvais président".

Un front européen de l'extrême droite. Matteo Salvini tente d'organiser un front européen de l'extrême droite contre les pro-européens incarnés, notamment, par le chef de l'Etat français en vue du scrutin du 26 mai.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #ITALIE

20h55 : "Le rappel des ambassadeurs est symbolique mais ne signifie pas qu'on ne se parle plus."

Paris a rappelé son ambassadeur à Rome, une initiative sans précédent entre deux pays fondateurs de l'Union européenne. Pour comprendre la gravité de la crise, voici un entretien avec Renaud Dehousse, universitaire spécialiste des institutions européennes.

20h32 : La France a rappellé son ambassadeur en Italie, après des "déclarations outrancières" de la part du gouvernement italien. Mais qu'est-ce qui a mis le feu aux poudres entre Paris et Rome ? Franceinfo remonte le fil.

18h13 : Voici le point sur l'actualité en cette fin de journée :

• Crise diplomatique entre Paris et Rome. Le ministère des Affaires étrangères a annoncé aujourd'hui qu'il rappelait l'ambassadeur français après des "déclarations outrancières" de la part du gouvernement italien. Suivez la situation en direct.

• Emmanuel Macron échange actuellement avec plusieurs centaines de jeunes dans le cadre du grand débat national. Suivez les discussions en direct avec franceinfo.

• La garde à vue de la femme suspectée d'avoir allumé l'incendie mortel qui a touché un immeuble parisien mardi a repris.

Leetchi saisit la justice sur le versement de la cagnotte à l'ex-boxeur accusé d'avoir agressé des gendarmes. Plus d'infos ici.

17h09 : Sans oublier la Grèce qui avait rappelé son ambassadeur à Vienne en 2016

17h09 : @Juliette me signale dans les commentaires un autre cas de rappel d'un ambassadeur entre deux pays membres de l'Union européenne. La Grèce a en effet rappelé son ambassadeur en Autriche il y a trois ans tout juste, pour protester contre le fait de ne pas avoir été conviée à une réunion sur la crise migratoire en Europe qui rassemblait les pays de la région traversés par les migrants.

16h37 : "Nous n'avons pas les mêmes choix politiques que la Ligue de Matteo Salvini, ou que le Mouvement 5 étoiles de Luigi Di Maio, mais que chacun fasse prévaloir la préoccupation qui consiste à s'occuper des affaires de son pays, du bien-être de sa population et de faire en sorte d'avoir de bonnes relations avec ses voisins."

Contactée par franceinfo, la ministre chargée des Affaires européennes, Nathalie Loiseau, réagit au rappel par Paris de son ambassadeur en Italie.

16h15 : Bonjour. Si je ne dis pas de bêtises, la Hongrie avait en 2017 rappelée son ambassadeur aux Pays-Bas.

16h14 : Je m'interrogeais plus tôt sur les éventuels précédents cas où un pays de l'Union européenne avait rappelé son ambassadeur auprès d'un autre pays membre. @Fiorenzo me signale à très juste titre dans les commentaires que la Hongrie avait rappelé son ambassadeur aux Pays-Bas en août 2017. Cette décision avait été prise après la publication d'une interview où l'ambassadeur néerlandais comparait certaines méthodes du gouvernement hongrois à celle employées par les extrémistes musulmans. Merci à lui pour son commentaire !

16h06 : "Ils [la France] étaient habitués à avoir des vassaux en Italie, il est certain qu'ils constatent aujourd'hui la différence. Nous, nous avons le plein droit de faire des rencontres politiques en vue d'opérations éventuelles au Parlement européen et nous estimons donc qu'à travers cette rencontre [avec des "gilets jaunes" français], il n'y a aucune attaque contre les Français."


L'autre parti au pouvoir en Italie, le Mouvement 5 étoiles, adopte un ton plus martial après le rappel de l'ambassadeur français. "Le rappel de l'ambassadeur est une provocation", a notamment réagi le sous-secrétaire aux Affaires étrangères italien, Manlio Di Stefano (M5S), selon des propos rapportés par La Repubblica (en italien).

15h46 : "Je suis prêt à tourner la page [à passer à autre chose, à passer outre] dans les rapports avec la France pour le bien de notre peuple et je serais heureux de rencontrer Macron. Mais la France doit arrêter de repousser les migrants à la frontière et de donner l'asile aux criminels italiens."


Après le rappel de l'ambassadeur français par Paris, le ministre de l'Intérieur italien, Matteo Salvini, se dit prêt à rencontrer Emmanuel Macron, selon des propos rapportés par Corriere della sera (en italien).

15h34 : Sur Twitter, l'ancien correspondant à Rome de France Télévisions dit ne pas se souvenir d'avoir déjà vu un pays de l'Union européenne rappeler son ambassadeur auprès d'un membre des 28. Nous cherchons de notre côté à savoir si une telle situation s'est effectivement produite par le passé en effectuant des recherches et en contactant des spécialistes. Si vous pensez avoir la réponse, n'hésitez pas à nous le signaler dans les commentaires !

15h35 : Nous vous en parlions plus tôt : le Quai d'Orsay a demandé à son ambassadeur de revenir à Paris après des "déclarations outrancières" de la part du gouvernement italien. Pourquoi l'Italie et la France en sont-ils arrivés à une telle crise ? Nos confrères de France 2 avaient évoqué le sujet il y a quelques jours.

14h59 : L'ancien correspondant de France télévisions à Rome François Beaudonnet indique sur Twitter que l'ambassadeur de France à Rome va rejoindre Paris dans l'après-midi.

14h37 : Bonjour @Wobeat. La liste est longue, mais citons tout de même deux exemples récents : le ministre de l'Intérieur Matteo Salvini a déclaré compatir avec "des millions d'hommes et de femmes qui vivent en France avec un très mauvais gouvernement et un très mauvais président de la République", tandis que le vice-Premier ministre Luigi Di Maio a accusé la France "d'appauvrir l'Afrique" et de pousser les migrants à venir en Europe en raison d'une politique "coloniale".

14h35 : Bonjour,A quoi fait référence le communiqué du Quai d'Orsay quand il parle de "déclarations outrancières que chacun a à l'esprit" ???

14h11 : Nous vous l'indiquions plus tôt, les relations entre Paris et Rome sont dégradées depuis plusieurs années, notamment en raison de la question du sort des migrants méditerranéens. Mi-2015, notre journaliste Fabien Magnenou revenait déjà sur ces tensions diplomatiques dans un article.

14h07 : Voici le point sur l'actualité en début d'après-midi :

Paris déplore une crise sans "précédent depuis la fin de la guerre". Le gouvernement français a décidé de rappeler son ambassadeur en Italie après des "déclarations outrancières" de la part de Rome.

Nouveau déplacement d'Emmanuel Macron dans le cadre du grand débat national. Après avoir échangé avec des maires de Saône-et-Loire, le chef de l'Etat doit débattre dans l'après-midi avec des jeunes du Morvan. Suivez notre direct.

• Un avion reliant Stockholm à Nice a fait demi-tour en raison d'une alerte à la bombe, a indiqué la compagnie aérienne Norwegian. Aucun détail concernant la nature exacte de cette alerte n'était connu en milieu de journée.

• Leetchi saisit la justice sur le versement de la cagnotte à l'ex-boxeur accusé d'avoir agressé des gendarmes. Plus d'infos ici.

13h56 : Bonjour @anonyme. Je ne suis pas diplomate, mais le rappel d'un ambassadeur est une mesure symboliquement forte. Paris demande en effet à son représentant officiel et permanent en Italie de rentrer en France pour être consulté sur les sujets de frictions entre l'Italie et la France. Il existe toutefois des mesures encore plus fermes, comme par exemple la rupture des relations diplomatiques entre deux pays ou l'expulsion d'un ambassadeur pour une durée indéterminée.

13h56 : Bonjour. Pouvez vous nous faire beneficier d’un rapide rafraichissement diplomatique en expliquant la symbolique et les consequences d’un rappel d’ambassadeur ? Merci

13h53 : Comment la crise entre Rome et Paris a-t-elle pu en arriver là ? Mi-janvier, Marc Lazar, directeur du centre d'histoire de Sciences Po, évoquait cette question auprès du Figaro (article payant). Selon lui, les accrochages n'ont "pas commencé avec Emmanuel Macron et le gouvernement de Giuseppe Conte, où siègent en bonne place Matteo Salvini et Luigi Di Maio", mais en 2011, avec l'intervention française en Libye et "l'attitude de Paris par rapport à l'afflux de migrants sur les côtes italiennes".

13h51 : Le Quai d'Orsay fait également allusion, sans la nommer, à la rencontre organisée mardi à Montargis (Loiret) entre le vice-président du Conseil italien et des "gilets jaunes". "Les dernières ingérences constituent une provocation supplémentaire et inacceptable", indique ainsi le communiqué du ministère des Affaires étrangères.

13h40 : "La France a fait, depuis plusieurs mois, l'objet d'accusations répétées, d'attaques sans fondement, de déclarations outrancières que chacun connaît et peut avoir à l’esprit. Cela n’a pas de précédent, depuis la fin de la guerre. Avoir des désaccords est une chose, instrumentaliser la relation à des fins électorales en est une autre", explique le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué.

13h40 : La France rappelle son ambassadeur en Italie "après des attaques" "sans précédent", indique le Quai d'Orsay.