Covid-19 : le test obligatoire avant de prendre le train expérimenté en Italie

La compagnie nationale ferroviaire a lancé son premier trajet dit "Covid free" entre Milan et Rome. Le voyageur doit fournir un test négatif avant de pouvoir monter dans le train. Une expérimentation destinée à se développer.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Lors de la présentation du nouveau train médical à la gare Termini à Rome, le 8 mars 2021. Photo d'illustration. (TIZIANA FABI / AFP)

Départ immédiat en Italie ! À 8h50 vendredi 16 avril, le premier train "Covid free" [sans Covid] a quitté la gare Termini de Rome, direction Milan. Une tente de la Croix rouge a été installée devant la gare, des voyageurs sont testés avant de prendre le train. "Le voyageur a deux options : soit il se présente avec un test de moins de 48 heures, soit il réserve un test qu'il fait ici avec la Croix rouge avant d'embarquer dans le train. S'il est positif, le billet lui sera remboursé", explique Marco Mancini, porte-parole des chemins de fer de l’État italien.

Alitalia, la compagnie aérienne italienne, a lancé son premier vol de ce type il y a six mois, la compagnie nationale ferroviaire se lance à son tour. Une expérimentation d'abord, avant de développer le concept. Pour l’instant, un seul aller-retour 100% "sans Covid" est proposé chaque jour. À bord rien ne change, les trains grandes lignes sont remplis à 50% maximum, les masques et le gel sont offerts, comme depuis près d'un an. Il s'agit donc d'une assurance supplémentaire pour Catherina, qui voyage souvent vers Milan : "C'est vraiment très bien, parce qu'au moins, tu es sure lorsque tu es montée dans le train qu'il n'y a personne de positif."

"Nous sommes tous en sécurité et en plus on ne paye pas le test, c'est bien !"

Catherina

à franceinfo

Mais Mario, lui, est un peu moins emballé. "Je ne voudrais pas que ce soit la première étape vers le passeport vaccinal, explique-t-il, et qu'à partir de maintenant, si l'on n'est pas vacciné ou que l'on n'a pas fait de test, on ne puisse plus voyager. Ça pourrait limiter la reprise !" Les chemins de fer italiens espèrent le contraire et vont lancer d'ici l'été neuf lignes supplémentaires vers des villes touristiques, comme Venise, Florence, Naples ou encore Palerme.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.