Cet article date de plus d'un an.

Journée internationale à la mémoire des victimes de l'Holocauste : les Emirats arabes unis enseignent désormais la Shoah dans les écoles

Nouvel allié d'Israël, les Émirats arabes unis ont décidé d'enseigner la Shoah dans les écoles publiques. Un choix rare dans le monde arabe, où seuls le Maroc et Bahreïn ont déjà pris cette initiative.

Article rédigé par Christian Chesnot
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Le drapeau d'Israël juxtaposé avec celui des Émirats arabes unis lors de l'Exposition universelle en 2020 à Dubaï. Photo d'illustration. (KARIM SAHIB / AFP)

Les élèves des écoles primaires et secondaires apprendront l'histoire de la Shoah aux Émirats arabes unis. Les Emirats arabes unis ont normalisé leurs relations avec Israël en 2020 avec les accords dits d'Abraham. Dans le monde arabe, seuls le Maroc et Bahreïn avait déjà pris cette initiative.

Depuis ces accords, les Émirats avaient déjà inauguré en 2021, au musée du "Carrefour des civilisations" de Dubaï, une exposition permanente commémorant les six millions de victimes juives du génocide. Ces différentes initiatives sont réalisées en coopération avec Yad Vashem, le mémorial israélien de la Shoah à Jérusalem. 

Des anciens déportés témoignent 

Ces derniers mois, des rescapés de la solution finale sont régulièrement invités aux Émirats pour témoigner. C'est le cas de Ruth Cohen, 92 ans, ancienne déportée à Auschwitz-Birkenau, qui s'est adressée récemment aux étudiants de l'Université Zayed d'Abou Dhabi. "Ce type d'événement est important pour tirer des leçons de l'histoire", a-t-elle insisté.

Pour le chef de la communauté juive des Emirats, Alex Peterfreund, ces cours sur l'Holocauste vont dans le sens de l'histoire : "Les Juifs vivants aux Émirats ne peuvent que se dire fiers de ce type de projet." Mais aujourd'hui, des Émiriens sont critiques face à cette décision. Certains dénoncent une instrumentalisation politique de la Shoah par Israël pour éluder la question palestinienne.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.