Israël : le commissaire de police est… arabe musulman

La police israélienne a annoncé la nomination, pour la première fois dans son histoire, d’un citoyen musulman au poste de commissaire. Le nouveau haut gradé, Jamal Hakrouch, est chargé de développer les services de la police dans le secteur arabe.

Jamal Hakrouch, premier musulman nommé commissaire de police en Israël.
Jamal Hakrouch, premier musulman nommé commissaire de police en Israël. (Associated Press/Sebastian Scheiner)

C’est le grade le plus élevé de la police israélienne. Après 38 ans de carrière et plusieurs postes, Jamal Hakrouch, un Arabe israélien du village de Kfar Kana en Galilée, est promu commissaire. «Lors d’une cérémonie émouvante, nous avons donné le grade de commissaire à Jamal Hakrouch, premier musulman à ce poste dans l’histoire de la police israélienne», écrit sur sa page Facebook Gilad Erdan, le ministre israélien de la Sécurité intérieure.

La page Facebook de Gilad Erdan, ministre israélien de la Sécurité intérieure
La page Facebook de Gilad Erdan, ministre israélien de la Sécurité intérieure (Capture d'écran)

Plus de postes de police
Le nouveau commissaire est chargé de «développer les services de police dans le secteur arabe», selon le communiqué officiel. Sa nomination intervient dans le cadre d’un programme visant à renforcer la présence de la police et à recruter plus de policiers arabes dans les localités arabes. Il a aussi pour mission de sévir contre le flux d’armes illégales et de lutter contre la criminalité.
 
Opportunités pour l’emploi ?
Rien ne dit pour l’instant si les Arabes israéliens, qui dénoncent régulièrement les discriminations en matière d’emploi, ont envie de travailler pour la police israélienne qui veut installer de nouveaux commissariats dans les villes arabes. Cette opportunité, s’il en est une, se présente dans un contexte tendu suite à la vague de violences qui secoue depuis octobre 2015 les Territoires palestiniens et Israël.
 
«Améliorer la qualité de vie»
Pour Gilad Erdan, le ministre de la Sécurité intérieure, le renforcement de la présence policière dans le secteur arabe vise à «améliorer considérablement la qualité de vie des Arabes israéliens et la réduction de la criminalité et de la violence dans tout le pays», selon la chaîne israélienne I-24.

La minorité arabe, descendants des 160.000 Palestiniens restés sur leur terre après la création de l'Etat d’Israël en 1948, compte aujourd’hui plus de 1,7 million de personnes et représente environ 20% de la population.