Israël : Benny Gantz refuse la main tendue de Benyamin Nétanyahou pour former un gouvernement d'union nationale

Le Premier ministre sortant a proposé de former, sous sa conduite, un gouvernement d'union nationale. C'est non, dit Benny Gantz, qui souhaite en prendre lui-même la tête.

Benny Gantz, leader du mouvement centriste Kahol Lavan, le 19 septembre 2019, à tel Aviv (Israël).
Benny Gantz, leader du mouvement centriste Kahol Lavan, le 19 septembre 2019, à tel Aviv (Israël). (AMIR COHEN / REUTERS)

Refus poli, mais ferme. Benny Gantz n'a pas saisi la main tendue de Benyamin Nétanyahou. "Nous écouterons tout le monde mais n'accepterons pas qu'on nous dicte des choses", a-t-il déclaré, jeudi 19 septembre à la mi-journée. Avant d'ajouter : "Je vais former ce gouvernement avec moi à sa tête" pour sortir le pays de l'impasse politique.

Le Premier ministre israélien sortant avait en effet appelé un peu plus tôt son grand rival à former un gouvernement d'union nationale, puisque les élections législatives de dimanche n'ont pas produit de majorité claire à la Knesset, le Parlement israélien. 

Pas de majorité absolue pour le moment

Deux jours après le scrutin, les résultats encore provisoires créditent le Likoud de Benyamin Nétanyahou de 31 sièges sur les 120 de la Knesset, contre 33 pour le parti Kahol Lavan ("bleu-blanc") de l'ancien général Benny Gantz. 

En ajoutant leurs alliés respectifs et potentiels, des partis religieux et/ou très marqués à droite pour Benyamin Nétanyahou, et des formations à gauche ou arabes pour Benny Gantz, le compteur tombe à 56 députés dans chaque camp, sous la barre des 61 sièges nécessaires pour obtenir une majorité au Parlement.

Le président a annoncé jeudi après-midi qu'il entamera dimanche les consultations pour désigner le Premier ministre. Ce dernier disposera alors de 42 jours pour tenter de former un gouvernement.