Iran : une PME française suspendue aux décisions politiques internationales

Depuis le retrait des États-Unis de l'accord sur le nucléaire iranien, les entreprises françaises craignent de perdre un marché en plein boom.

Voir la vidéo
France 3

C'est une petite entreprise du Berry, spécialiste de la cosmétique de luxe depuis plus d'un demi-siècle. Des produits 100% français qui s'exportent jusqu'en Iran. Aujourd'hui, le pays représente 350 000 euros du chiffre d'affaires de la société, soit 5%. "On est sur un investissement de l'ordre de 400 000 euros", indique Christelle Valin, cheffe d'entreprise. Mais l'investissement n'est pas amorti. "Normalement d'ici 6 à 7 mois, si on continue", confie-t-elle.

Pas de solution pour le moment

Depuis le retrait des États-Unis de l'accord sur le nucléaire iranien, elle craint de devoir choisir entre Téhéran et Washington, à cause des sanctions économiques que l'administration Trump pourrait appliquer à ceux qui commerceraient toujours avec l'Iran. Au bout du fil, la préfecture la laisse seule. L'équilibre de l'entreprise est aujourd'hui précaire en attendant l'éventuelle solution que trouverait le gouvernement pour préserver les entreprises françaises.

Le JT
Les autres sujets du JT
Depuis le retrait des États-Unis de l\'accord sur le nucléaire iranien, les entreprises françaises craignent de perdre un marché en plein boom.
Depuis le retrait des États-Unis de l'accord sur le nucléaire iranien, les entreprises françaises craignent de perdre un marché en plein boom. (FRANCE 3)