Iran : qui dirige l'économie ?

En Iran, de nombreuses manifestations dénoncent depuis quelques jours la mainmise des organisations religieuses et militaires sur l'ensemble de l'économie du pays.

FRANCEINFO

Depuis le 28 décembre, l'Iran est secouée par des manifestations. Les Iraniens protestent contre la mainmise des groupes militaires et religieux sur l'économie du pays. Comme l'explique Mehrdad Emadi, économiste spécialiste de l'Iran : " Les estimations les plus prudentes observent que la part des entreprises dirigées par les gardiens de la révolution s'élève à environ 40% de l'économie iranienne. Ils n'ouvrent pas leurs comptent pour des audits et sont complètement opaques." Les gardiens de la révolution sont un groupe paramilitaire défendant la République islamique, mais aussi une holding aux nombreuses ramifications.

Les fondations religieuses ne payent pas de taxes

Comme l'ajoute Mehrdad Emadi : "Il ne faut pas non plus oublier que 30% de l'économie est détenue et opérée par des fondations religieuses qui ne payent aucune taxe." Les manifestations réclament la récolte de ces taxes à l'administration de Rohani. "Ils ont vraiment essayé, on peut donner crédit à l'administration de Rohani. Ils ont forcé ces fondations et les gardiens de la révolution à accepter qu'ils devaient payer des taxes. Mais si certaines de ces fondations religieuses ont accepté de payer des taxes, ça a été bien moins fructueux avec les gardiens de la révolution. Quel est le levier contre les forces d'espionnage et de sécurité les plus puissantes du pays ?", s'interroge l'économiste.

Des personnes manifestent à Bruxelles, le 3 janvier 2018, en soutien aux Iraniens qui protestent dans leur pays. 
Des personnes manifestent à Bruxelles, le 3 janvier 2018, en soutien aux Iraniens qui protestent dans leur pays.  (THIERRY ROGE / BELGA / AFP)