Iran : l'avocate Nasrin Sotoudeh, célèbre militante des droits humains, obtient une permission de sortie de prison temporaire

Cette avocate avait été condamnée à 12 ans de prison, après avoir défendu une femme arrêtée pour avoir manifesté contre l'obligation faite aux Iraniennes de porter le voile.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Nasrin Sotoudeh à son domicile à Téhéran (Iran), le 18 septembre 2013. (BEHROUZ MEHRI / AFP)

Nasrin Sotoudeh va pouvoir, temporairement, retrouver ses proches. L'avocate iranienne et défenseure des droits humains, condamnée à 12 ans d'emprisonnement en 2019, a obtenu une permission de sortie, a rapporté samedi 7 novembre l'agence d'information officielle de l'Autorité judiciaire.

L'ONU avait appelé en octobre à sa libération, ainsi que celle d'autres détenus considérés comme prisonniers politiques, qui n'ont pas été libérés comme d'autres en raison de l'épidémie de nouveau coronavirus.

Grève de la faim interrompue pour raisons de santé

La militante, co-lauréate 2012 du prix Sakharov décerné par le Parlement européen, avait été condamnée en 2019 à 12 ans de prison après avoir défendu une femme arrêtée pour avoir manifesté contre l'obligation faite aux Iraniennes de porter le voile.

Jusqu'à récemment, elle était incarcérée dans la prison d'Evine, au nord de Téhéran, avec d'autres prisonniers politiques, parmi lesquels la chercheuse française Fariba Adelkhah, relâchée début octobre avec un bracelet électronique.

En octobre, elle avait été transférée dans la prison de Qarchak située à plus de 30 km au sud de la capitale, alors que sa famille insistait pour qu'elle soit hospitalisée. Selon son mari, des ennuis de santé avaient conduit la militante âgée de 57 ans à mettre un terme à une grève de la faim de plus de 45 jours, entamée pour obtenir la libération des détenus politiques pendant l'épidémie.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.