Français condamné en Iran : "Mon frère Benjamin est un otage", dénonce sa sœur Blandine Brière qui lance une pétition pour le libérer

Depuis la condamnation de son frère Benjamin le 25 janvier en Iran, emprisonné pour espionnage, Blandine Brière indique ne pas avoir pu le joindre au téléphone.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Blandine Lompret, le 25 janvier 2022, à Saint-Genis-les-Ollieres. (JEFF PACHOUD / AFP)

"Mon frère Benjamin, emprisonné en Iran, est un otage", a lancé vendredi 28 janvier sur France Inter Blandine Brière, sœur de ce Français condamné à 8 ans de prison par la justice en Iran. Pour tenter de faire libérer son frère emprisonné pour espionnage alors qu'il assurait voyager en simple touriste, Blandine Brière a lancé une pétition il y a deux jours, elle a déjà atteint plus de 89 000 signatures. "Nous devons absolument répondre à son appel au secours", implore-t-elle dans cette pétition, alors que son frère a entamé une grève de la faim depuis le 25 décembre.

Sur France Inter, Blandine Brière indique ne pas avoir pu joindre Benjamin au téléphone depuis sa condamnation le 25 janvier, condamnation dont il va faire appel. "Je ne sais pas comment il a pris ce verdict et cela m'effraie énormément", dit-elle. "Il est très affaibli mais aussi très déterminé", assure-t-elle.

"Nos appels sont enregistrés et interprétés donc je n'ai pas tous les éléments, mais je sais qu'il est dans un endroit où personne ne parle sa langue, et où il est avec des codétenus qui encourent la peine de mort", explique Blandine Brière. Celui-ci dispose d'une avocate sur place et a reçu la visite du consul de France.

Blandine Brière dit être "en colère parce qu'on se bat contre un monstre, mais on doit garder espoir pour faire en sorte qu'il y ait une justice. On ne peut pas faire autre chose qu'en parler énormément pour ne pas que Benjamin tombe dans l'oubli", ajoute-t-elle.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Iran

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.