DIRECT. Boeing 737 abattu "par erreur" en Iran : le président iranien a promis à son homologue ukrainien de punir les coupables

Téhéran avait jusqu'à présent nié que l'avion de ligne ukrainien avait été frappé par l'un de ses missiles, comme l'affirmaient le Canada et les Etats-Unis.

Les débris de l\'avion de ligne ukrainien qui s\'est écrasé avec 176 personne à bord, le 8 janvier 2020 près de Téhéran (Iran).
Les débris de l'avion de ligne ukrainien qui s'est écrasé avec 176 personne à bord, le 8 janvier 2020 près de Téhéran (Iran). (AFP)
Ce qu'il faut savoir

"J'aurais préféré mourir plutôt que d'assister à un tel accident", assure-t-il. Le général de brigade Amirali Hajizadeh, commandant de la branche aérospatiale des Gardiens de la Révolution, corps d'élite de l'armée iranienne, a déclaré samedi 11 janvier à la télévision qu'il endossait la "responsabilité totale" de la destruction par un tir de missile du Boeing 737 ukrainien, qui s'est écrasé peu après son décollage mercredi près de Téhéran avec 176 personnes à son bord. 

Ce haut gradé iranien a fait cette déclaration après que le régime iranien a fini par admettre sa responsabilité dans le crash. Un drame survenu dans un climat de tensions provoqué par l'assassinat du général iranien Qassem Soleimani par un drone américain à Bagdad et exacerbé par les frappes iraniennes sur des bases américaines en Irak en représailles. 

Les militaires iraniens dessinent un scénario. L'état-major des forces armées iraniennes ont expliqué que l'appareil avait été pris pour un "avion hostile" et qu'il avait semblé se rapprocher "d'un centre militaire sensible" des Gardiens de la Révolution. Le Boeing a alors été "touché" à la suite d'une "erreur humaine" et "de manière non intentionnelle". Le "responsable" va être traduit "immédiatement" en justice. L'opérateur de missile a fait feu sans pouvoir obtenir la confirmation d'un ordre de tir à cause d'un "brouillage" télécom, a affirmé le général iranien. Le soldat a pris l'avion pour un "missile de croisière" et il a eu "10 secondes pour décider".

Le président iranien confirme les faits. Hassan Rohani a confirmé que "l'enquête interne des forces armées [avait] conclu que de manière regrettable des missiles lancés par erreur [avaient] provoqué le crash". Le chef de l'Etat a assuré que son pays regrettait "profondément" cette "erreur impardonnable" à l'origine de cette "grande tragédie".

Le chef de la diplomatie iranienne accuse les Etats-Unis. Le ministre des Affaires étrangères iranien Mohammad Javad Zarif a certes exprimé "regrets, excuses et condoléances", mais il a surtout souligné que Washington n'était pas étranger à ce drame. Selon lui, il s'agit d'une "erreur humaine en des temps de crise causée par l'aventurisme américain". 

 Un revirement spectaculaire. Téhéran avait jusqu'alors catégoriquement nié la thèse, privilégiée par plusieurs pays, notamment le Canada, selon laquelle l'avion ukrainien aurait été touché par un missile.

Le Canada demande une enquête approfondie. Le Premier ministre canadien Justin Trudeau a réclamé de la "transparence" afin qu'une "enquête complète et approfondie" soit menée et établisse les responsabilités.

L'Ukraine exige une punition et des compensations. Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a exigé la punition des coupables et le versement de compensations de la part de l'Iran.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #BOEING_737

21h54 : "Ce que l'Iran a reconnu est très grave, abattre un avion de ligne commercial est horrible, l'Iran doit en assumer l'entière responsabilité", a renchéri Justin Trudeau. Il s'est dit "scandalisé et furieux" et a estimé que "cela n'aurait jamais dû arriver, même dans une période de tension accrue".






(Dave Chan / AFP)

21h53 : Le premier ministre canadien Justin Trudeau a haussé le ton face à l'Iran lors d'une déclaration télévisée, alors que le régime iranien a reconnu sa responsabilité sur le crash d'un avion avec de nombreux passagers canadiens. "Il faut faire toute la lumière sur les raisons qui ont provoqué une tragédie aussi horrible", a-t-il martelé, exigeant que le Canada soit étroitement associé à l'enquête.

19h32 : L'agence européenne de sécurité recommande d'éviter l'Iran "jusqu'à nouvel ordre".

18h15 : Le président ukrainien s'est entretenu ce soir avec son homologue iranien, dont le pays a reconnu la responsabilité dans le crash de l'avion d'Ukraine Airlines qui s'est écrasé à l'aéroport de Téhéran il y a trois jours. Volodymyr Zelensky fait savoir que l'Iran lui a présenté des excuses officielles et lui a promis de punir les coupables.

18h11 : Il est 18 heures, on respire un grand coup, et on revient sur l'actualité chargée de ce samedi soir.

Edouard Philippe décide de retirer "provisoirement" l'âge pivot de la réforme des retraites. Il confie aux partenaires sociaux le soin de trouver une façon de financer la transition vers le système à points, qui entrera en vigueur en 2027.

• Forte mobilisation un peu partout en France pour cette nouvelle journée d'action contre ce projet de réforme. La CGT revendique 150 000 personnes dans les rues de Paris, on ne dispose pas encore de chiffres nationaux.

Les prévisions de la RATP sont tombées pour demain : une nouvelle fois, le trafic s'effectuera au compte-gouttes sur la majorité des lignes, mais selon la compagnie, la situation s'améliore pour un dimanche.

L'Iran reconnaît avoir abattu accidentellement le Boeing 737 d'Ukraine Airlines, qui s'est écrasé mercredi avec 176 personnes à son bord peu après son décollage de Téhéran. Un général de l'armée iranienne a endossé la responsabilité de cette catastrophe.

15h32 : Après avoir nié pendant plusieurs jours, le régime iranien a reconnu sa responsabilité dans le crash d'un avion de ligne de la compagnie Ukrainian Airlines, tuant les 176 personnes à bord. Voici les questions qui se posent après cette volte-face spectaculaire.

14h33 : Il est l'heure de vous proposer les articles les plus consultés sur notre site cet après-midi.

• Il y a cent ans, le paquebot Afrique sombrait au large de l'île de Ré, emportant 568 victimes dans le pire naufrage maritime civil en France. Une catastrophe étrangement oubliée. "On nous parle toujours du Titanic mais pour ce bateau-là, qui est un bateau français, c'est le black-out. Il y a une indifférence absolument totale et on ne sait toujours pas le pourquoi du comment", regrette Francine Sautet, l'arrière-petite nièce de l'un des passagers disparus.


L'Iran reconnaît avoir abattu accidentellement le Boeing 737 d'Ukraine Airlines, qui s'est écrasé mercredi avec 176 personnes à son bord peu après son décollage de Téhéran.

14h01 : A la mi-journée, iIl est l'heure de faire le point sur l'actualité.

Aujourd'hui, c'est le 38e jour de mobilisation contre la réforme des retraites. Un appel à manifester a été lancé dans une dizaine de villes. A Paris, la manifestation débutera à 13h30. En fin d'après-midi aura lieu une réunion de l'intersyndicale CGT, FO, CFE-CGC, FSU et Solidaires. Suivez notre direct.


L'Iran reconnaît avoir abattu accidentellement le Boeing 737 d'Ukraine Airlines, qui s'est écrasé mercredi avec 176 personnes à son bord peu après son décollage de Téhéran. Un général de l'armée iranienne a endossé la responsabilité de cette catastrophe. Un rendez-vous téléphonique doit avoir lieu cet après-midi entre les présidents ukrainien et iranien. Suivez notre direct.


Le pronostic vital d'un policier de 45 ans est engagé ce matin, l'homme a été renversé par un fourgon dans la nuit lors d'une opération à Bron, près de Lyon. Un homme a été interpellé. Plus de détails dans cet article.

Aujourd'hui, à l'occasion d'une Conférence citoyenne centrée sur les rapports entre les forces de sécurité et la population, Christophe Castaner a rappelé que l'usage de la force était "une lourde responsabilité". Il a souligné que Français et forces de sécurité avaient besoin de "confiance mutuelle, durable", alors qu'il est confronté à une nouvelle vague d'accusations de violences et bavures policières.

12h42 : On en sait plus sur le déroulé du tir qui a conduit au crash du Boeing ukrainien. L'opérateur de missile qui a abattu l'appareil mercredi à Téhéran a fait feu sans pouvoir obtenir la confirmation d'un ordre de tir à cause d'un "brouillage" télécom, affirme le commandant de la branche aérospatiale des Gardiens de la Révolution iraniens. Le soldat a pris l'avion pour un "missile de croisière" et il a eu "10 secondes" pour décider, a-t-il ajouté.

12h32 : Dominique Moïsi, géopolitologue, a estimé que l'erreur iranienne, qui a conduit au crash du Boeing ukrainien, allait servir, "au moins à court terme", la politique de Donald Trump. Le président américain "peut dire 'oui j’ai assassiné le général Soleimani, mais ce sont les Iraniens qui tuent les Iraniens parce qu'ils ne sont pas capables de maîtriser leur technologie'", explique-t-il dans cet article.

12h07 : A la mi-journée, iIl est l'heure de faire le point sur l'actualité.

L'Iran reconnaît avoir abattu accidentellement le Boeing 737 d'Ukraine Airlines, qui s'est écrasé mercredi avec 176 personnes à son bord peu après son décollage de Téhéran. Un général de l'armée iranienne a endossé la responsabilité de cette catastrophe. Un rendez-vous téléphonique doit avoir lieu cet après-midi entre les présidents ukrainien et iranien. Suivez notre direct.


Le pronostic vital d'un policier de 45 ans est engagé ce matin, l'homme a été renversé par un fourgon dans la nuit lors d'une opération à Bron, près de Lyon. Un homme a été interpellé. Plus de détails dans cet article.

Aujourd'hui, à l'occasion d'une Conférence citoyenne centrée sur les rapports entre les forces de sécurité et la population, Christophe Castaner a rappelé que l'usage de la force était "une lourde responsabilité". Il a souligné que Français et forces de sécurité avaient besoin de "confiance mutuelle, durable", alors qu'il est confronté à une nouvelle vague d'accusations de violences et bavures policières.

Aujourd'hui, c'est le 38e jour de mobilisation contre la réforme des retraites. Un appel à manifester a été lancé dans une dizaine de villes. A Paris, la manifestation débutera à 13h30. En fin d'après-midi aura lieu une réunion de l'intersyndicale CGT, FO, CFE-CGC, FSU et Solidaires.

11h49 : La présidence ukrainienne a certifié aujourd'hui qu'elle était persuadée que Téhéran (Iran) allait mener une enquête "prompte et objective", après son aveu d'avoir abattu par erreur un Boeing ukrainien. "Nos spécialistes en Iran ont eu accès à toutes les photos et vidéos et aux autres informations nécessaires pour analyser les processus en cours à Téhéran. Sur la base des informations collectées, (...) nous avons suffisamment de données pour comprendre que l'enquête sera prompte et objective", selon un communiqué de la présidence.

11h50 : "J'endosse la responsabilité totale [de cette catastrophe]. J'aurais préféré mourir plutôt que d'assister à un tel accident."

Le commandant de la branche aérospatiale des Gardiens de la Révolution iraniens, Amirali Hajizadeh, a déclaré aujourd'hui dans une déclaration télévisée endosser la "responsabilité totale" du drame du Boeing 737 ukrainien abattu mercredi près de Téhéran par les forces armées iraniennes.

11h50 : Le président ukrainienVolodymyr Zelensky aura "un entretien téléphonique" avec le président de la République islamique d'Iran Hassan Rouhani à 16 heures (heure française) après quoi il "s'adressera au peuple ukrainien", a indiqué la présidence ukrainienne dans un communiqué. Cette conversation intervient alors que que l'Iran a reconnu avoir abattu par erreur le Boeing 737 de la compagnie Ukraine Airlines International.

11h48 : "Les leçons que nous devons tirer de cette séquence dramatique, c’est qu’il faut mettre un terme à cette escalade. [C'est] ce qui est en train de se produire depuis le 8 janvier, parce qu’après les frappes de représailles menées par l’Iran, le président des États-Unis a fait le choix de ne pas riposter sur un plan militaire."


L'Iran a admis avoir abattu accidentellement l'avion civil ukrainien, qui s'est écrasé mercredi près de Téhéran, faisant 176 morts. "L'enquête doit, en toute transparence, aller jusqu'à son terme", a réagi sur France Inter aujourd'hui la ministre française des Armées, Florence Parly. Plus d'informations par ici.

11h00 : Après cette erreur qui a conduit au drame, le président de la commission des Affaires étrangères du Parlement russe, Konstantin Kossatchev, a appelé Téhéran à tirer les leçons de cette erreur : "Si le déchiffrage des boîtes noires et les travaux de l'enquête ne prouvent pas que l'armée iranienne a fait cela intentionnellement et qu'il n'y a pas de raisons logiques à cela, l'incident doit être clos. Avec l'espoir que les leçons seront tirées et des mesures prises par toutes les parties."

11h01 : "Nous attendons de l'Iran (...) que les coupables soient traduits en justice, le paiement de compensations et le retour des corps des victimes. Nous espérons que l'enquête sera poursuivie sans retards délibérés et sans entraves. Nos 45 spécialistes doivent obtenir l'accès total [à l'ensemble des éléments de l'enquête]."

Sur Facebook, le président ukrainien Volodymyr Zelensky exige aujourd'hui la punition des coupables et le versement de compensations de la part de l'Iran, qui a reconnu avoir abattu par erreur un avion de ligne ukrainien, faisant 176 morts. Suivez notre direct.

11h05 : Voici le point sur l'actualité.

L'Iran reconnaît avoir abattu accidentellement le Boeing 737 d'Ukraine Airlines, qui s'est écrasé mercredi avec 176 personnes à son bord peu après son décollage de Téhéran. Suivez notre direct.


Aujourd'hui, c'est le 38e jour de mobilisation contre la réforme des retraites. Un appel à manifester a été lancé dans une dizaine de villes. A Paris, la manifestation débutera à 13h30. En fin d'après-midi aura lieu une réunion de l'intersyndicale CGT, FO, CFE-CGC, FSU, Solidaires.

L'instauration d'un âge pivot à 64 ans permettrait de faire trois milliards d'euros d'économies dès 2022 et 12 milliards en 2027, indique un document remis aux partenaires sociaux à Matignon. A l'issue de nouveaux échanges, le Premier ministre a indiqué qu'il transmettrait demain des propositions aux partenaires sociaux.


Emmanuel Macron est "ouvert" à l'idée de soumettre à référendum certaines propositions issues de la Convention citoyenne sur le climat. Le président de la République s'est exprimé hier soir devant les 150 Français chargés de soumettre des propositions pour réduire les émissions de gaz à effet de serre. Référendum, taxe carbone, mécanisme de suivi, CETA... Voici quatre choses à retenir de son intervention.

08h28 : Le président ukrainien Volodymyr Zelensky exige la punition des coupables et le versement de compensations de la part de l'Iran.

08h28 : Le Premier ministre canadien Justin Trudeau réclame dans un communiqué de la "transparence" afin qu'une "enquête complète et approfondie" soit menée et établisse les responsabilités.

11h06 : Le ministre des Affaires étrangères iranien Mohammad Javad Zarif tweete lui aussi à propos de cette catastrophe. Il exprime "regrets, excuses et condoléances". Il souligne surtout que Washington n'est pas étranger à ce drame. "Une erreur humaine en des temps de crise causés par l'aventurisme américain a mené au désastre", tweete-t-il.

11h05 : Le président iranien Hassan Rohani a admis la responsabilité de son pays. "L'enquête interne des forces armées a conclu que de manière regrettable des missiles lancés par erreur ont provoqué l'écrasement de l'avion ukrainien et la mort de 176 innocents", écrit-il sur Twitter. Il ajoute : l'Iran regrette "profondément" ce crash, "une grande tragédie et une erreur impardonnable".

08h20 : L'Iran reconnaît avoir abattu accidentellement le Boeing 737 d'Ukraine Airlines, qui s'est écrasé mercredi avec 176 personnes à son bord peu après son décollage de Téhéran.




(AKBAR TAVAKOLI / IRNA /AFP)