Cet article date de plus de sept ans.

2003. La communauté internationale dénonce le programme nucléaire iranien.

Le 10 février 2003, les États-Unis expriment leur inquiétude après les déclarations du président Khatami annonçant la construction de deux usines destinées à produire du combustible nucléaire à usage civil.
Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Afrique
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le président de la République islamique d’Iran, Mahmoud Ahmadinejad, le 3 avril 2010 lors d’un discours sur le programme nucléaire iranien. (IRANIAN PRESIDENCY  / AFP)
Le 16 juin, l'agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) adopte une résolution demandant à Téhéran de préciser les buts de son programme nucléaire. Elle exige l'arrêt par l'Iran du cycle d'enrichissement du combustible nucléaire.

Retour sur les faits …


Au fil des années, le ton n’a cessé de monter un peu plus entre la République islamique d'Iran et la communauté internationale. Fin janvier 2006, Georges Bush avait accusé directement le régime des mollahs de prendre son peuple en otage.

Réplique sur le même ton du président iranien Ahmadinejad …


Si le président iranien ne fait pas forcément l’unanimité dans son pays, le programme nucléaire, lui, est soutenu par une grande majorité de sa population.

Témoignages …


Il y a les sanctions et les pressions publiques contre l'Iran, et puis il y a l'action clandestine. Depuis quelques années, les services secrets occidentaux ou israéliens sont à la manœuvre : militaires ou ingénieurs assassinés pour retarder le programme nucléaire iranien, brouillages informatiques.

Plongée dans une guerre secrète …


Selon un groupe d'experts américains, l’Iran serait en mesure de produire une bombe nucléaire d’ici mi-2014. Alors que l’AIEA continue à exprimer ses craintes quant aux capacités de l’Iran à produire un uranium de qualité militaire, Téhéran dément, affirmant vouloir se doter d’un programme nucléaire exclusivement civil.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.