Cet article date de plus de douze ans.

Iran: Karoubi contre Ahmadinejad

Le candidat réformateur Mehdi Karoubi ne considère pas comme légitime le gouvernement de Mahmoud Ahmadinejad
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Manifestation en Iran, le 13 juin 2009 après la victoire contestée de Mahmoud Ahmadinejad à la présidentielle (© France 2)
Le candidat réformateur Mehdi Karoubi ne considère pas comme légitime le gouvernement de Mahmoud AhmadinejadLe candidat réformateur Mehdi Karoubi ne considère pas comme légitime le gouvernement de Mahmoud Ahmadinejad

Dans un communiqué mis en ligne mardi soir sur le site de son parti, M. Karoubi en appelle à la préservation de "l'unité révolutionnaire" et dénonce des "forces visibles et invisibles" hostiles au changement.

Comme Mirhossein Moussavi, autre candidat malheureux du scrutin présidentiel, il dénonce des fraudes et a réclamé en vain, un nouveau vote.

Je ne considère pas ce gouvernement comme légitime et je poursuivrai mon combat (...) en utilisant tous les moyens et je suis prêt à coopérer avec les personnes et les groupes favorables à la réforme", déclare-t-il.

Autre demande de Karoubi, qui était proche du père de la révolution iranienne, l'ayatollah Ruhollah Khomeini, la libération des "milliers" de personnes arrêtées lors des troubles survenus suite à la proclamation de la victoire d'Ahmadinejad.

"Ce qui importe le plus à présent, c'est de préserver notre attitude révolutionnaire et politique et de faire face à ceux qui veulent nous marginaliser. Nous devrions tous préserver notre unité révolutionnaire", a-t-il ajouté en invoquant l'héritage de la révolution islamique de 1979.

Alors que la réélection d'Ahmadinejad doit à présent être entérinée par le Guide suprême, l'ayatollah Ali Khamenei, avant une prestation de serment prévue entre le 26 juillet et le 19 août, Karoubi prévient qu'il ne participera à "aucune cérémonie liée à ce gouvernement".

Le mouvement de contestation post-électorale a révélé les profondes dissensions au sein des cercles politiques et religieux de la république islamique.

Mais jusqu'à présent, le camp réformateur n'est pas parvenu à renverser la tendance. La répression sévère des forces et milices de sécurité et des partisans d'Ahmadinejad, qui accusent les manifestants d'avoir été manipulés par les "ennemis de l'Iran" a eu raison des opposants. Mais pour combien de temps...

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.