Cet article date de plus de huit ans.

Intervention au Mali : l'inquiétude des familles des otages

François Hollande a annoncé vendredi l'engagement de l'armée française au Mali, pour lutter contre les islamistes qui descendent dans le sud du pays. Une décision qui inquiète les familles des sept otages français actuellement détenus dans la région du Sahel. Le comité de soutien de deux d'entre eux demande une intervention des forces spéciales pour les libérer.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Maxppp)

Les autorités françaises ont longtemps hésité avant de lancer l'armée française au Mali, notamment à cause des risques que cela pouvait faire courir aux sept otages français détenus par des groupes islamistes dans la région du Sahel. Finalement, le gouvernement a semble-t-il décidé qu'il fallait prendre ce risque, puisque François Hollande a annoncé vendredi l'engagement des troupes françaises dans le pays.

"Nous faisons et nous ferons tout pour sauver nos otages. Mais il faut avoir à l'esprit aussi que ce sont les mêmes groupes (...) qui sont à la fois les preneurs d'otages et qui sont les groupes terroristes qui descendent vers le Sud ", a indiqué vendredi Laurent Fabius en disant défendre ainsi la "même cause ".

"Comment voulez-vous que les islamistes libèrent un otage français alors que les Français sont en guerre contre eux ?"

Il n'empêche, les familles des otages français sont inquiètes. "D'après ce qu'on a entendu, les raviseurs étaient contre l'intervention de la France, donc vous vous imaginez nos angoisses ", réagit sur France Info Gilda Marbois, la belle soeur de Francis Colomb, enlevé le 19 décembre au Nigéria. "Ça va compliquer la libération des otages : comment voulez-vous que les islamistes libèrent un otage français alors que les Français sont en guerre contre eux ? ", ajoute-t-elle.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.