La justice a tranché: le Gange, fleuve sacré de l’Inde, est une personne morale

Le Gange et le Yamuna, fleuves sacrés de l’Inde, sont désormais considérés comme des «entités vivantes ayant le statut de personne morale». Cette décision de justice de l'Etat himalayen de l'Uttarakhand (nord), prise le 20 mars 2017, doit permettre de combattre plus efficacement la pollution de ces cours d'eau. Explication en cette Journée mondiale de l'eau.


Pour justifier cette décision, la Haute cour de l’Etat a estimé que «la situation requiert des mesures extraordinaires pour préserver et conserver ces fleuves». Lesquelles sont très polluées par les rejets industriels ou d'égouts.

Le Gange, 3e plus grand fleuve du monde, figure parmi les plus sales, «avec des déchets industriels toxiques et des eaux usées non traitées qui le réduisent à un filet sale à plusieurs endroits», précise le Hindustantimes.
«Plus de 1500 millions de litres d'eaux usées brutes sont déversées chaque jour dans le Gange. Ces eaux rejoignent 500 millions de litres de déchets industriels déversés par plus de 700 industries fortement polluantes situées le long de celui-ci», détaille pour sa part le site Live mint.


Des mesures draconniennes
En accordant aux cours d’eau les mêmes droits légaux qu'à une personne, la justice permet à des citoyens lambda de saisir la justice en leur nom. C'est la première fois qu'un tribunal reconnaît un non-humain comme une entité vivante en Inde. Et lui confère de fait tous les droits énoncés dans la Constitution indienne.

Le directeur général du projet Namami Gange était présent quand le tribunal a rendu cette décision propre à stimuler sa mission. Le Namami Gange est le plan ambitieux du gouvernement Modi pour nettoyer et préserver le Gange. Selon le site Live mint, «pour atteindre les gens le long de la rivière, le gouvernement travaille sur le développement des villages dans le cadre de son programme. Dans la première phase, 400 villages sont en cours de développement».


Le gouvernement de l'Uttarakhand devra également former un conseil d'administration du Gange. Lequel sera responsable de l'entretien et du nettoyage du cours d’eau. En cas de défaillance au niveau fédéral, le gouvernement central devra intervenir.

Au cours de la dernière audience, la cour a ordonné la fermeture de 150 établissements commerciaux «défaillants» (entendre polluants). Et prévu une amende de 5000 roupies pour toute personne trouvée à uriner ou déféquer dans un rayon de 500 mètres de la rivière.

Une première en Nouvelle-Zélande
Appelé Maa Ganga (Mère Gange), la rivière fournit de l’eau à des millions de personnes et arrose les plaines fertiles des Etats qu’elle traverse sur 2500 km. Elle passe par 29 grandes villes, 23 petites villes et 48 villes. Elle prend sa source en Uttarakhand et se déverse dans la baie du Bengale. Le Yamuna est son plus grand affluent.


Début mars, des projets pour l'Uttarakhand, l'Uttar Pradesh, le Jharkhand, le Bihar et Delhi, avaient été avalisés dans le cadre de la campagne Clean Ganges. Sur les 20 projets, 13 sont situés dans l'Uttarakhand et impliqueront la mise en place de stations d'épuration des eaux usées et la mise à niveau des installations existantes.

L’Inde emboîte le pas à la Nouvelle-Zélande qui a reconnu, il y a quelques jours, comme une entité vivante pour des raisons spirituelles un fleuve révéré par les Maoris…