Inde. L'étudiante, dont le viol collectif a suscité l'indignation, est morte

L'étudiante indienne, violée par plusieurs hommes dans un bus, à New Delhi (Inde), est morte à l'hôpital Elizabeth de Singapour.

Une manifestante tient une affiche sur laquelle il est écrit : \"Tu peux être violée, mais pas manifester contre le viol. Plus grande démocratie du monde\". New Delhi, le 27 décembre 2012.
Une manifestante tient une affiche sur laquelle il est écrit : "Tu peux être violée, mais pas manifester contre le viol. Plus grande démocratie du monde". New Delhi, le 27 décembre 2012. (ALTAF QADRI / AP / SIPA)

L'histoire de cette jeune femme de 23 ans a scandalisé l'Inde. L'étudiante indienne, violée par plusieurs hommes dans un bus, à New Delhi (Inde), est morte vendredi 28 décembre, au Elizabeth Hospital de Singapour. Elle y avait été transférée dans un état grave, mercredi.

Le 16 décembre, alors qu'elle rentrait en bus d'une sortie au cinéma, cette étudiante en kinésithérapie a été violée et battue par six hommes, avant d'être jetée du véhicule. Les médecin de l'Elizabeth Hospital de Singapour, où elle a été transférée de New Delhi, avaient annoncé, plus tôt vendredi, que leur patiente "lutt[ait] contre la mort".

Depuis, des milliers de manifestants étaient descendus dans les rues de la capitale indienne et d'autres grandes villes, pour réclamer des sanctions plus lourdes contre les violeurs. Une autre jeune femme, victime elle aussi d'un viol collectif en novembre, s'est suicidée mercredi 26 décembre. D'après les statistiques officielles, le nombre de viols à augmenté de 17% entre 2007 et 2011.

Olivier Martin - France 3