En Inde, le virus Nipah, transporté par la chauve-souris, a fait au moins dix morts en deux semaines

Bien connu en Asie du Sud et du Sud-Est, le virus se contracte en consommant des aliments infectés par la chauve-souris qui en est porteuse.

Des fonctionnaires indiens inspectent un puits à la recherche de chauve-souris infectées par le virus Nipah, le 21 mai 2018 au Kerala, en Inde.
Des fonctionnaires indiens inspectent un puits à la recherche de chauve-souris infectées par le virus Nipah, le 21 mai 2018 au Kerala, en Inde. (AFP)

Au moins dix personnes sont mortes dans le sud de l'Inde ces deux dernières semaines à cause du virus Nipah, selon un nouveau bilan fourni mardi 22 mai par les autorités indiennes. Une centaine de personnes ont été mises en quarantaine.

Bien connu en Asie du Sud et du Sud-Est, le virus Nipah, transporté par la chauve-souris frugivore, est mortel dans 70% des cas. Il se contracte en consommant des aliments infectés par l'animal porteur, notamment des fruits, ou par d'autres animaux eux-mêmes contaminés par le mammifère. Des cas de transmission interhumaine ont également été signalés par le passé, selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

Aucun vaccin disponible

"Nous avons envoyé 18 échantillons [de patients] pour des tests. Dix de ceux qui sont revenus positifs sont morts et les deux derniers sont actuellement hospitalisés", a déclaré un responsable du district de Kozhikode, dans le Kerala, région située à la pointe sud de l'Inde. Ce virus peut provoquer des encéphalites mortelles et des comas. Il n'existe pas de vaccin.

En conséquence, les autorités indiennes interdisent aux proches de toucher les corps des défunts et conseillent de procéder à leur incinération dès que possible. Parmi les premiers morts figurent plusieurs membres d'une même famille et l'infirmière qui les a soignés. 

C'est la première fois que le virus Nipah se déclare au Kerala et la troisième fois en Inde. Il a coûté la vie à plus de 260 personnes en Malaisie, au Bangladesh – pays le plus lourdement touché – et en Inde depuis qu'il a été identifié pour la première fois en 1998.