Cet article date de plus de cinq ans.

Incidents sur l'Esplanade des Mosquées: Hollande et Abbas demandent l'apaisement

François Hollande et Mahmoud Abbas, le président de l'Autorité palestinienne, se sont rencontrés ce mardi à l'Elysée. Parmi les sujets évoqués, les incidents qui se sont multipliés ces derniers jours sur l'Esplanade des Mosquées de Jérusalem.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Mahmoud Abbas, Président l'Autorité palestinienne, et François Hollande sur le perron de l'Elysée, ce mardi 22 septembre © MaxPPP)

A l'issue d'un entretien à l'Elysée ce mardi, François Hollande et Mahmoud Abbas, le président palestinien, ont évoqué les tensions entre Israéliens et Palestiniens qui se sont nettement aggravés ces derniers jours à Jérusalem. Certains Etats arabes et citoyens palestiniens accusent les autorités israéliennes de violer les accords internationaux sur l'accès à l'Esplanade des Mosquées. Le lieu Saint a été le théâtre de violences la semaine dernière, pendant trois jours, à l'approche des grandes fêtes juives.

A LIRE AUSSI >   Expliquez-nous ... l'esplanade des Mosquées

L'appel au calme de François Hollande

Dans son discours, le président de la République a dit souhaiter rapidement un apaisement de la situation. "Nous appelons [...] au calme et au respect des principes" , a déclaré le chef de l'Etat. "J'ai exprimé notre attachement à ce que rien ne soit remis en cause sur l'esplanade des Mosquées" a-t-il ajouté, évoquant le "statu quo de 1967" qui régit les accès à ce lieu Saint, le plus sacré du judaïsme et le troisième pour l'islam. Dans les faits, les musulmans sont autorisés à monter sur l'Esplanade des Mosquées de jour comme de nuit, les juifs peuvent y pénétrer à certaines heures sans y prier.

Un "risque d'Intifada" pour Mahmoud Abbas

Le président de l'Autorité palestinienne a estimé, de son côté, que la poursuite des violences présentait"un risque d'Intifada". "Ce qui se passe est extrêmement dangereux", a-t-il souligné. Mahmoud Abbas a aussi demandé au Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu de faire en sorte de "stopper" les troubles et l'a mis en garde contre "le chaos" de cette situation.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.