Il y a eu au moins 45 morts vendredi dans un double attentat visant un convoi militaire à Lahore, au Pakistan

Il y a plus de 134 blessés dans une double attaque menée par des kamikazes à pied qui ont fait exploser leurs bombes à proximité d'un marché très fréquenté, le R A Bazaar, où les passants se pressaient dans les mosquées pour la grande prière.Une attaque similaire, imputée à des talibans présumés alliés à al-Qaïda, a fait 15 morts il y a 4 jours.

Double attentat meurtrier à Lahore, au Pakistan, le 12 mars 2010.
Double attentat meurtrier à Lahore, au Pakistan, le 12 mars 2010. (AFP PHOTO/STR)

Il y a plus de 134 blessés dans une double attaque menée par des kamikazes à pied qui ont fait exploser leurs bombes à proximité d'un marché très fréquenté, le R A Bazaar, où les passants se pressaient dans les mosquées pour la grande prière.

Une attaque similaire, imputée à des talibans présumés alliés à al-Qaïda, a fait 15 morts il y a 4 jours.

Cette double opération et l'ampleur de son bilan viennent à l'encontre des déclarations des autorités pakistanaises, qui affirment avoir affaibli les taliban grâce aux offensives de ces derniers mois.

Le Pakistan a été le théâtre de cinq attentats, cette semaine.

Condamnant le double attentat de Lahore, le ministre des Affaires étrangères, Shah Mehmood Qureshi, a assuré que les autorités "ne laisseront jamais les terroristes accomplir leurs funestes desseins".

L'armée pakistanaise a lancé l'an dernier plusieurs offensives d'envergure contre les zones tribales du Nord-Ouest, mais Washington presse Islamabad de faire davantage dans la lutte contre le terrorisme venant d'Afghanistan en raison de la porosité de la frontière. Les Américains multiplient les raids de drones dans les zones tribales depuis l'attentat suicide commis par un Jordanien qui a coûté la vie à sept membres de la CIA, fin décembre, dans l'est de l'Afghanistan.

Les présumés talibans pakistanais ont décrété, à l'été 2007, à l'unisson de ben Laden, le jihad contre Islamabad, dont ils dénoncent le soutien aux Etats-Unis dans leur "guerre contre le terrorisme". Les objectifs les plus fréquents sont l'armée et la police, ainsi que les bâtiments officiels, mais les kamikazes visent de plus en plus souvent des civils.