Cet article date de plus de neuf ans.

Il s'agit de l'ancienne place forte des derniers fidèles de Mouammar Kadhafi à Syrte.

Selon Mohamed al-Fayad, chef militaire du nouveau régime, ses forces contrôlent aujourd'hui le centre de conférences Ouagadougou "à 100%".
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Des militants des forces du CNT, hier, près de l'Université de Syrte prise ce matin. (AHMAD AL-RUBAYE / AFP)
Selon Mohamed al-Fayad, chef militaire du nouveau régime, ses forces contrôlent aujourd'hui le centre de conférences Ouagadougou "à 100%".

"La voie est maintenant ouverte pour prendre toute la ville", a affirmé Mohamed al-Fayad, précisant que tout dépendrait de la coordination entre les combattants. "Nous sommes tout prêt du centre, c'est une question d'heures. C'est aussi une question de coordination entre le front ouest (des combattants venus de Misrata) et le front est (des combattants venus de Benghazi). Il nous faut juste le temps de se coordonner", a ajouté Mohamed al-Fayad.

Construit au sud de Syrte pour accueillir des sommets panafricains, le centre de conférences représentait un objectif majeur des pro-CNT depuis le début de leur offensive sur la ville le 15 septembre, dans la mesure où de nombreux soldats pro-Kadhafi s'y étaient installés.

Plusieurs combattants s'acharnaient sur les portraits de Mouammar Kadhafi et les drapeaux verts de l'ancien régime tandis que sur la grande avenue à l'extérieur du centre de conférence, des dizaines de pro-CNT ont paradé dans leurs véhicules pour célébrer cette avancée, avant de se précipiter à couvert quand les forces pro-Kadhafi ont commencé un bombardement intense.

Quelques heures plus tôt, les forces du nouveau régime avaient pris le contrôle de l'université de Syrte, autre place forte des pro-Kadhafi à quelques centaines de mètres au sud-est du centre de conférences, selon le journaliste de l'AFP.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.