Hollande : la France recherche "obstinément une solution politique en Syrie"

Le président, qui avait interrompu ses vacances pour présider l'hommage national au 88e soldat français mort en Afghanistan, a également évoqué la situation en Syrie. Alors que l'opposition critique son "attentisme" sur le sujet, François Hollande a affirmé que la France agissait pour une transition politique dans le pays.

Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)

"Ce qui nous réunit ce matin encore, c'est la douleur, c'est
la peine, c'est la solidarité"
. Sur la place d'armes du 7e bataillon de chasseurs alpins, à Varces, en Isère, François Hollande a rendu hommage à l'adjudant-chef Franck Bouzet. Promu major à
titre posthume, le soldat de 45 ans a été touché par un tir ennemi lors d'une opération de soutien à l'armée afghane dans la province de Kapisa, au nord-est de Kaboul. "Mais ce qui nous rassemble aussi c'est la fierté, c'est la gratitude, c'est l'admiration" a affirmé le chef de l'Etat devant la famille et les frères d'armes du militaire.

François Hollande a profité de l'éloge funèbre pour confirmer son engagement à retirer toutes les forces combattantes françaises d'Afghanistan d'ici la fin de l'année. "D'ici le 31 août, 650 seront rentrés. Ils seront 2.000 d'ici la fin de l'année" , a-t-il précisé.

Mais il a également tenu à évoquer la situation en Syrie. Le chef de l'Etat a rappelé que Paris déployait un hôpital de campagne
en Jordanie "pour venir en aide aux réfugiés" . Il a affirmé que la France était engagée, "au-delà du devoir humanitaire" , dans la "recherche obstinée d'une solution politique en Syrie" .  C'est la première fois que François Hollande s'exprime sur le sujet depuis l'appel à une action rapide lancé par Nicolas Sarkozy. Depuis plusieurs jours, l'opposition dénonce ouvertement "l'attentisme" du président sur le dossier syrien.