Hollande à Riyad : de "belles perspectives" commerciales

François Hollande a quitté lundi après-midi l'Arabie saoudite après une visite de deux jours. Il a été accueilli par le prince héritier Salmane ben Abdel Aziz, qui est également ministre de la Défense. Au-delà des crises qui secouent le Moyen-Orient, leur rencontre a été dominée par la perspective d'enjeux commerciaux alléchants entre les deux pays. Malgré l'absence d'accord concret, le président français a ainsi affirmé qu'il existait "de belles perspectives". 

(Kenzo Tribouillard Reuters)

De "brillantes " perspectives pour 2014. C'est en ces termes que François Hollande a qualifié la rencontre qu'il avait eue avec le prince héritier Salmane ben Abdel Aziz, qui est également ministre de la Défense. 

Il est vrai que les relations commerciales franco-saoudiennes se portent bien depuis un certain temps déjà. Cette année, le métro de Riyad est notamment revenu à l'entreprise française Alstom, et l'équipement de la Garde nationale saoudienne par DCNS et Thales. 

Le royaume, "premier client de la France au Moyen-Orient"

La suite, en 2014, devrait être tout aussi fructueuse, et notamment commercialement, comme l'a expliqué le président français. Il en a profité pour rappeler que le royaume d'Arabie Saoudite était le "premier client de la France au Moyen-Orient ". 

"De belles perspectives" (François Hollande)

"Sur aussi bien les transports urbains, mais aussi les transports en grande vitesse, nous avons de belles perspectives ", a annoncé François Hollande. "Nous avons également sur l'aéronautique des négociations qui avançent, dans le domaine de l'énergie, aussi bien sur le renouvelable que sur le nucléaire, nous avons également des objectifs que nous souhaitons atteindre dans un délai proche", a expliqué le président français

►►► A LIRE AUSSI | En Arabie Saoudite, Hollande s'engage sur la "stabilité" et la "simplification" fiscale 

Focus sur le nucléaire civil

Même si aucun contrat d'importance n'a été conclu au cours de sa visite, le chef de l'Etat français a ainsi accentué sur les transports et l'aéronautique car dans ce secteur, il se murmure qu'Airbus pourrait venir mettre un terme au monopole de Boeing en Arabie saoudite. Les "négociations avancent ", a-t-il dit.

Mais c'est sans doute dans le domaine du nucléaire civil que pourrait avoir lieu un accord d'envergure. Evoquant le projet saoudien de construire jusqu'à 16 réacteurs nucléaires dans les prochaines années, Arnaud Montebourg avait ainsi annoncé que "la France était très bien positionnée ". 

François Hollande y a également été de son petit commentaire. "P ar exemple, sur le nucléaire civil, il y aura une prochaine réunion de la commission mixte au mois de mars, et là encore, dès lors que le Royaume voudra préciser ses objectifs, la France sera prête à y répondre ", a-t-il expliqué.