VIDEO. Avec la victoire de Syriza, les Grecs espèrent la fin de l'austérité

Alexis Tsipras est le premier dirigeant européen élu sur le rejet explicite des politiques d'austérité imposées par l'Union européenne à ses membres.

ALEXANDRA UZAN - FRANCE 2

Les Grecs ont donné une victoire historique au parti de gauche radicale Syriza lors des élections législatives, dimanche 25 janvier. Une victoire saluée par une explosion de joie de milliers de supporters, venus de toute l'Europe, au point de ralliement de Syriza, une tente dans le centre d'Athènes.

>> Suivez en direct les réactions à l'élection de Syriza en Grèce 

"C'est un message de la Grèce à l'Europe. C'est la fin de la domination allemande et la fin de l'austérité", se réjouit une participante. "C'est une grande chance pour la Grèce et l'Europe, une grande, grande chance pour tout le monde", s'enthousiasme une autre.

La fin de la troïka ?

Alexis Tsipras est le premier dirigeant européen élu sur le rejet explicite des politiques d'austérité imposées par l'Union européenne à ses membres pour sortir de la crise économique. Le premier discours du nouvel homme fort de la Grèce n'a toutefois pas permis de cerner clairement ses intentions. Il a en effet soufflé le chaud et le froid. 
"Le verdict du peuple grec signifie la fin de la troïka", a-t-il d'abord lancé, évoquant les experts de la BCE, de l'UE et du FMI, qui dictent à la Grèce une politique d'austérité depuis quatre ans en échange de 240 milliards d'euros de prêts pour sauver le pays de la faillite. Mais quelques minutes plus tard, il s'est montré plus conciliant, déclarant que le nouveau gouvernement "serait prêt à coopérer et à négocier pour la première fois avec ses partenaires une solution juste, viable et qui bénéficie à tous".

Le JT
Les autres sujets du JT
Des partisans de Syriza célèbrent la victoire de leur parti aux élections législatives grecques, le 25 janvier 2015 à Athènes (Grèce).
Des partisans de Syriza célèbrent la victoire de leur parti aux élections législatives grecques, le 25 janvier 2015 à Athènes (Grèce). (ALKIS KONSTANTINIDIS / REUTERS)