#ThisIsACoup : les internautes dénoncent un "coup d'Etat" de l'Allemagne contre la Grèce

Sur les réseaux sociaux, de nombreuses voix se sont élevées pour dénoncer les efforts demandés à Athènes. Dans le viseur des internautes, l'Allemagne, et en particulier son ministre des Finances, Wolfgang Schäuble. 

Une affiche dans les rues d\'Athènes (Grèce), sur laquelle apparaît le ministre des Finances allemand, Wolfgang Schäuble, le 2 juillet 2015.
Une affiche dans les rues d'Athènes (Grèce), sur laquelle apparaît le ministre des Finances allemand, Wolfgang Schäuble, le 2 juillet 2015. (SOCRATES BALTAGIANNIS / DPA / AFP)

Dans le viseur des internautes, l'Allemagne, et en particulier son ministre des Finances, Wolfgang Schäuble. Sur les réseaux sociaux, dimanche 12 juillet, de nombreuses voix se sont élevées pour dénoncer un "coup d'Etat" mené contre la Grèce, après la publication des efforts demandés à Athènes par les ministres des Finances de la zone euro.

>> Les négociations continuent. Suivez l'avancée des discussions dans notre direct.

Cette base de travail demandait notamment à Athènes de voter, "d'ici au 15 juillet", une série de lois : notamment de légiférer sur la TVA, les retraites, la procédure civile, l'indépendance de l'Office grec des statistiques ou encore d'élargir l'assiette de l'impôt.

"Un coup d'Etat déguisé"

"La proposition de l'Eurogroupe est un coup d'Etat déguisé contre le peuple grec", a réagi sur Twitter Sandro Maccarrone. Selon Reuters, l'homme, qui se décrit comme un professeur de Barcelone (Espagne), serait à l'origine de la mobilisation sur le réseau social, avec le mot-clé #ThisIsACoup ("Ceci est un coup d'Etat").

Sa colère a depuis été reprise par de nombreux internautes. "Je ne peux pas croire ce qu'il se passe à Bruxelles, écrit par exemple un autre utilisateur de Twitter. Ces demandes sont folles." "Je suis Grec, j'ai 27 ans, témoigne un homme. Ce n'est pas la démocratie, c'est l'attitude la plus embarrassante de l'histoire européenne."

Certains préfèrent en rire

"C'est tout à fait ça, a commenté le prix Nobel d'économie Paul Krugman dans le New York Times (en anglais). Les demandes de l'Eurogroupe sont de la folie, a-t-il estimé. [Ces propositions] sont une trahison grotesque du projet européen."

Choqués par l'ampleur des efforts demandés, d'autres ont préféré en rire. Un internaute publie une liste revisitée des exigences des créanciers, en incluant "la fin du réchauffement climatique", "un accès prioritaire aux transats pour les touristes allemands sur toutes les plages grecques" ou encore la promesse de voter pour l'Allemagne à l'Eurovision dans les soixante années à venir.

Des internautes très virulents contre l'Allemagne

Mais, au-delà des simples critiques, le mot-clé #ThisIsACoup a également visé, de façon très directe, Wolfgang Schäuble. Sur Twitter, des caricatures montrent le ministre des Finances allemand armé d'une faux, roulant sur le drapeau grec. Sur d'autres images, les étoiles du drapeau européen ont été remplacées par une croix gammée, symbole du nazisme.