L'Europe doit digérer le résultat du référendum

Pascal Verdeau en direct de Bruxelles livre la réaction de la Commission européenne au résultat du référendum.

FRANCE 3

Dimanche 5 juillet, les urnes ont parlé. Le peuple grec a voté "non" au référendum. Celui-ci portait sur l'acceptation des conditions fixées par les créanciers pour un nouveau plan d'aide à la Grèce.
"Nous respectons ce résultat", tels sont les mots de la Commission européenne, ce dimanche 5 juillet après la victoire du "non" lors du référendum. "Tous les dirigeants européens sont aux abris", avoue Pascal Verdeau, avant de poursuivre : "Le camouflet est cinglant pour le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, qui avait appelé à voter "oui". Il avait même qualifié le "non" de suicide politique".

Tsipras revigoré

 Au contraire, Alexis Tsipras est revigoré par ce vote massif. "Il réclame de fait un nouveau plan d'aide et une restructuration 'nécessaire' de sa dette", précise le journaliste. Reste maintenant à connaître la position des créanciers les plus durs comme les Slovaques ou les Finlandais. "S'ils se braquent, la porte de la sortie de l'euro est ouverte. En revanche, s'ils digèrent la leçon, la négociation peut reprendre", poursuit-il. Réponse avec le sommet des chefs d'État de la zone euro, mardi 7 juillet à Bruxelles. De leur côté, les banques grecques espèrent que demain, lundi, la BCE ne leur coupera pas les vivres. 

Le JT
Les autres sujets du JT
Les drapeaux grec et européen devant le Parlement grec, le 30 juin 2015, à Athènes (Grèce).
Les drapeaux grec et européen devant le Parlement grec, le 30 juin 2015, à Athènes (Grèce). (YANNIS BEHRAKIS / REUTERS)