Grèce : l'Eurogroupe donne son accord pour un troisième plan d'aide

Le programme d'aide, dont le montant pourra aller jusqu'à 86 milliards d'euros, doit permettre à Athènes de payer ses arriérés, de recapitaliser ses banques et de faire face à ses échéances.

Le président de l\'Eurogroupe, Jeroen Dijsselbloem (à gauche) et le ministre des Finances grec, Euclide Tsakalotos (à droite), à Bruxelles, le 14 août 2015. 
Le président de l'Eurogroupe, Jeroen Dijsselbloem (à gauche) et le ministre des Finances grec, Euclide Tsakalotos (à droite), à Bruxelles, le 14 août 2015.  (EMMANUEL DUNAND / AFP)

Les ministres des Finances de la zone euro ont trouvé un accord. L'Eurogroupe a donné son feu vert, vendredi 14 août, pour un troisième programme d'aide à la Grèce. Le montant du plan pourra aller "jusqu'à 86 milliards d'euros" sur trois ans, a annoncé la Commission européenne. Il doit permettre à Athènes de payer ses arriérés, de recapitaliser ses banques et de faire face à ses échéances. 

Un premier versement de 26 milliard d'euros 

Le programme d'aide doit permettre à Athènes de payer ses arriérés, de recapitaliser ses banques et de faire face à ses échéances. Le premier versement, d'un montant de 26 milliards d'euros, sera étalé en plusieurs versements, précise un communiqué de l'Eurogroupe.

La première tranche de 13 milliards d'euros devrait être débloquée mercredi 19 août, a indiqué le président de l'Eurogroupe Jeroen Dijsselbloem. La Grèce n'aura donc pas besoin de recourir à un prêt-relais pour honorer le 20 août un remboursement de 3,4 milliards d'euros à la Banque centrale européenne.  

"Un aboutissement pour la Grèce qui a fait les efforts attendus", selon Hollande

"C'est une preuve que l'Europe est capable d'avancer sur la base des principes de solidarité et de responsabilité, a indiqué François Hollande dans un communiqué. C'est aussi un aboutissement pour la Grèce qui a fait les efforts attendus, en votant ce troisième programme ce matin."

Le Parlement grec a adopté le plan plus tôt dans la journée, mais il devait être entériné par l'Eurogroupe. D'autres Parlements européens, dont le Bundestag en Allemagne, devront aussi s'exprimer sur l'accord.