Grèce : accord sur un troisième plan d'aide, 80 à 86 milliards d'euros

"Ce que j’ai voulu, c’était plus que l’intérêt de la Grèce : l’intérêt de l’Europe, mais aussi l’intérêt de la France", déclaré François Hollande ce 13 juillet.

FRANCE 2

À 9h10 ce lundi 13 juillet, François Hollande sort de 17 heures de négociations. Un accord pour un troisième plan de sauvetage public de 80 à 86 milliards d'euros a été voté à l'unanimité en échange de réformes de fond d'ici à trois ans.
 
"Ce que j’ai voulu, c’était plus que l’intérêt de la Grèce : l’intérêt de l’Europe, mais aussi l’intérêt de la France. Parce que l’intérêt de la France ne se dissocie pas de celui de l’Europe", déclaré le chef de l’État.

Des réformes douloureuses

"Ce qui a été ouvert aujourd’hui, c’est la négociation permettant à la Grèce d’accéder à un nouveau plan d’aide, le reste va se faire dans les prochains jours", a encore tenu à rappeler le président français.

Le plan impose à Athènes un douloureux effort.  Réforme des retraites, augmentation de la TVA, Alexis Tsipras a dû céder sur tous les points de discorde. La zone euro envisage toutefois un rééchelonnement de la dette.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le Premier ministre grec, Alexis Tsipras, s\'exprime face à la presse à l\'issue d\'un sommet des dirigeants de la zone euro, à Bruxelles (Belgique), le 13 juillet 2015.
Le Premier ministre grec, Alexis Tsipras, s'exprime face à la presse à l'issue d'un sommet des dirigeants de la zone euro, à Bruxelles (Belgique), le 13 juillet 2015. (THIERRY CHARLIER / AFP)