Eurozapping : la Grèce renvoie les soignants non-vaccinés et la tension s’accentue entre la Pologne et la Biélorussie

Publié
Durée de la vidéo : 3 min.
Eurozapping : la Grèce renvoie les soignants non-vaccinés et la tension s’accentue entre la Pologne et la Biélorussie
franceinfo
Article rédigé par
G. Dehlinger, C. Chen - franceinfo
France Télévisions

Mardi 31 août, Athènes (Grèce) est la première escale de l’Eurozapping qui, comme chaque soir, fait le tour de l’actualité européenne.

La Grèce renvoie les soignants non-vaccinés contre le Covid-19. Les manifestations du week-end, à Athènes, n’ont pas réussi à faire fléchir le gouvernement. Dès le lundi 1er septembre, les soignants qui n’auront pas reçu leurs doses de sérum devront rester à la maison et perdent leur salaire. Et s’ils viennent à changer d'avis, ils risquent de ne plus retrouver leur place.

“La situation est très tendue


En Pologne, la crispation autour de la frontière biélorusse s’intensifie. Après la construction d’une clôture face à la Biélorussie et l’arrivée de renforts, la Pologne veut instaurer l’état d’urgence. Elle craint qu’Alexandre Loukachenko, le président, n’instrumentalise la crise en Afghanistan, pour pousser des migrants à franchir la frontière. “La situation est très tendue. Beaucoup de personnes armées et dangereuses seront de l’autre côté de la frontière dans les prochains jours”, affirme le ministre polonais de l’Intérieur, Mariusz Kaminski.


Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Grèce

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.