DIRECT. Grèce : "Nous avançons vers un accord", estime François Hollande

Le conseil des gouverneurs de la Banque centrale européenne doit tenir une nouvelle conférence exceptionnelle lundi soir à Bruxelles, la troisième en une semaine.

François Hollande s\'adresse à la presse lors de son arrivée à Bruxelles (Belgique), lundi 22 juin 2015, où se déroule une réunion d\'urgence de l\'Eurogroupe pour examiner le cas de la Grèce.
François Hollande s'adresse à la presse lors de son arrivée à Bruxelles (Belgique), lundi 22 juin 2015, où se déroule une réunion d'urgence de l'Eurogroupe pour examiner le cas de la Grèce. (THIERRY CHARLIER / AFP)
Ce qu'il faut savoir

Le temps presse. La Grèce et ses créanciers doivent trouver un accord avant la fin du mois de juin, alors les sommets extraordinaires et les réunions se multiplient. Le conseil des gouverneurs de la Banque centrale européenne (BCE) doit tenir une nouvelle conférence exceptionnelle, lundi 22 juin, pour discuter d'un possible relèvement des financements d'urgence (ELA) accordés aux banques grecques. Autrement dit, c'est une nouvelle journée cruciale pour Athènes et pour la zone euro.

Des réunions en série. Un sommet exceptionnel des chefs d'Etat et de gouvernement des 19 pays de la zone euro consacré à la Grèce doit avoir lieu lundi soir à Bruxelles. Auparavant, le Premier ministre grec, Alexis Tsipras, rencontrera les dirigeants des institutions créancières de la Grèce (UE, BCE, FMI). Une réunion des ministres des Finances de la zone euro est également prévue dans la journée.

 "Pas de propositions substantielles" de la part de la Grèce. La Grèce n'a pas présenté de "propositions substantielles" depuis la semaine dernière et dans ces conditions, le sommet de lundi soir "apportera relativement peu de choses", selon le ministre des Finances allemand, Wolfgang Schäuble.

Un sommet consultatif ? La chancelière Angela Merkel a également prévenu que le sommet de lundi soir risquait de n'être que consultatif si les créanciers d'Athènes ne validaient pas d'ici là les dernières propositions grecques, disqualifiées au même moment par son ministre des Finances. Sans l'aval des trois institutions (FMI, BCE, Commission européenne) avec lesquelles le gouvernement grec négocie depuis des mois pour se faire renflouer, "le sommet d'aujourd'hui ne pourra être qu'un sommet de consultation", a-t-ellle dit. 

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #GRECE

23h35 : François Hollande n'a pas encore terminé sa conférence de presse, mais voici ce que l'on peut déjà dire après le sommet extraordinaire de l'Eurogroupe organisé ce soir au sujet de l'avenir de la Grèce.

• Athènes n'a pas encore trouvé d'accord avec ses créanciers sur de nouvelles réformes à mener pour débloquer le versement d'un nouveau prêt crucial pour l'avenir des finances du pays.

• Le Premier ministre Tsipras a formulé aujourd'hui de nouvelles propositions de réforme qui, de l'avis des participants au sommet de ce soir, vont dans le bon sens. "Les bases d'un accord sont aujourd'hui réunies", vient d'indiquer Hollande.

• Un nouveau sommet des ministres des Finances de la zone euro sera organisé mercredi soir pour continuer les discussions.

23h30 : François Hollande salue la "responsabilité" du gouvernement Tsipras après les nouvelles propositions d'Athènes à ses créanciers. "Les bases d'un accord sont aujourd'hui réunies", ajoute-t-il.

23h25 : "Nous avançons vers un accord, mais il reste du travail entre les institutions et le gouvernement grec", confirme Hollande.

23h21 : "Tsipras nous a assuré du sérieux de la Grèce et de sa volonté d'un travail constructif avec ses créanciers", indique Donald Tusk lors de la conférence de presse. "Je suis convaincu que le prochain sommet de l'Eurogroupe, mercredi, produira des résultats qui pourront être soumis au Conseil européen jeudi", ajoute Jean-Claude Juncker.

23h21 : Un nouveau sommet de l'Eurogroupe sera organisé mercredi pour évaluer les nouvelles propositions du gouvernement Tsipras, confirme Jean-Claude Juncker.

23h12 : La Grèce n'a pas conclu ce soir d'accord avec ses créanciers. Christine Lagarde et le président de l'Eurogroupe Jeroen Dijsselbloem font tous deux état de "travail" restant à effectuer dans les heures à venir.

23h06 : Donald Tusk, président du Conseil européen, et Jean-Claude Juncker, président de la Commission européenne, s'apprêtent à donner une conférence de presse commune après la fin du sommet extraordinaire de la zone euro concernant l'avenir des finances grecques. Vous pouvez la suivre en direct sur le site de la Commission.

22h55 : Le sommet extraordinaire de la zone euro concernant l'avenir des finances grecques est terminé, indique plusieurs journalistes sur Twitter. Des déclarations ne devraient plus tarder pour connaître son issue.

22h43 : La Grèce, menacée d'un défaut de paiement et dont l'avenir est au menu du sommet exceptionnel qui se déroule en ce moment à Bruxelles, a accepté le principe d'une prolongation de son plan d'aide actuel. C'est en tout cas ce qu'a indiqué une source gouvernementale grecque à l'AFP.

21h04 : Les dirigeants de la zone euro sont réunis à huis clos, à Bruxelles, pour évoquer les propositions de la Grèce qui doit trouver un accord d'ici fin juin avec ses créanciers. France 2 fait le point sur les discussions en cours.

(FRANCE 2)

20h37 : L'économie grecque est exsangue. Chantiers à l'arrêt, dépôts de bilan en série, boutiques fermées… Dans le centre d'Athènes, l'austérité est bien visible.

(FRANCE 2)

20h15 : Bon, pour l'accord sur la dette grecque, préparez-vous à veiller une bonne partie de la nuit. Le pupitre derrière lequel François Hollande doit prendre la parole après le sommet extraordinaire de la zone euro est en effet affublé d'un "mardi 23 juin", note un journaliste du Monde sur Twitter.

20h11 : Le sommet extraordinaire des chefs d'Etat de la zone euro pour évoquer la situation grecque a commencé, tweete le président du Conseil européen, Donald Tusk. A Athènes, des milliers de personnes sont rassemblées devant le parlement pour réclamer un accord entre le gouvernement et ses créanciers.



(MARKO DJURIKA / REUTERS)

19h06 : "Je souhaite que le travail fait ces derniers jours entre la Grèce et les institutions pose les bases d'un accord qui doit être trouvé le plus vite possible. Il y a eu des améliorations, même si tout n'est pas encore réglé."

Du mieux, mais ce n'est pas encore ça. Depuis l'avion qui le conduisait à Bruxelles, François Hollande a laissé entendre qu'un accord sur la situation de l'économie grecque était en bonne voie, même s'il ne faut pas forcément s'attendre à une annonce ce soir.

18h27 : Les positions du gouvernement grec et de l'Union européenne se rapprochent. Le président du Conseil européen, Donald Tusk, vient d'indiquer qu'Athènes avait fait ces dernières heures ses "premières vraies propositions depuis de nombreuses semaines".

Rappelons que le gouvernement Tsipras doit convaincre ses créanciers en leur proposant des réformes et des pistes d'économies budgétaires afin de débloquer le versement d'une tranche de prêts de 7,2 milliards d'euros, aujourd'hui en suspens.

16h35 : "Ce que je ne veux pas, c'est que ce soit un accord partiel ou limité dans le temps", a déclaré à la presse François Hollande, avant de rejoindre Bruxelles. Le président souhaite un "accord global et durable", entre la Grèce et ses créanciers, afin que le pays reste dans la zone euro.

(REUTERS)

16h30 : La Bourse d'Athènes termine en hausse de 9% sur fond d'espoir d'un accord avec les créanciers.

15h50 : Les négociations entre la Grèce et ses créanciers sont entrées dans leur dernière ligne droite, une solution devant être trouvée avant la fin du mois. Notre journaliste Mathieu Dehlinger vous livre trois infographies pour comprendre les enjeux de ce sommet de la dernière chance.




15h14 : "Si c'est nécessaire, l'Eurogroupe se réunira à nouveau dans la semaine"

Le Néerlandais Jeroen Dijsselbloem confirme qu'une nouvelle réunion des ministres des Finances de la zone euro devrait être programmée. Il ajoute que les propositions sont "une chance en vue d'un accord cette semaine".

15h10 : "Nous avons reçu les propositions, c'est une bonne base de travail, mais il reste encore des efforts à faire."

En conférence de presse, Pierre Moscovici confirme que la réunion de l'Eurogroupe a permis de nouvelles avancées, mais qu'il reste du travail : "C'est une base solide pour un accord global".

14h57 : Selon le correspondant de LCI, la réunion de l'Eurogroupe n'a abouti à rien et les ministres des Finances ont pris leur agenda pour caler une nouvelle rencontre dans la semaine.

15h03 : La réunion des ministres des Finances de la zone euro est terminée à Bruxelles. "Le travail se poursuit. Les institutions vont évaluer les propositions" de la Grèce, indique sur Twitter le ministre finlandais des Finances, Alexander Stubb.

13h45 : Et pendant ce temps là, les grecs souffrent. Même s'ils ne sont pas blanc neige sur leur fiscalité, c'était à l'Europe de refuser leur adhésion, d'autant que beaucoup de gens avaient des doutes sur leurs déclarations officielles.

13h46 : Dans les rues d'Athènes, l'ambiance oscille entre inquiétude et résignation au moment où la Grèce négocie les conditions d'un accord avec ses créanciers à Bruxelles. Une journaliste du Monde est sur place.

13h46 : La Grèce n'a pas présenté de "propositions substantielles" depuis la semaine dernière et, dans ces conditions, le sommet de la zone euro aujourd'hui à Bruxelles "apportera relativement peu de choses", déclare le ministre allemand des Finances, Wolfgang Schäuble.

13h27 : Bras dessus, bras dessous, Alexis Tsipras et Jean-Claude Juncker affichent leur entente à Bruxelles. Le Premier ministre grec et le président de la Commission européenne, ont tenté d'envoyer un message positif devant les caméras.

13h17 : Le Premier ministre grec, Alexis Tsipras, a énuméré, à son arrivée à Bruxelles, les "clés d'un accord" avec les créanciers : ni excédent budgétaire "excessif", ni baisses de retraites, ni hausse des tarifs de l'électricité et rétablissement de la "normalité" du droit du travail.

13h07 : Malgré le pessimisme affiché par les dirigeants, les marchés ne se laissent pas abattre. Portés par un espoir de règlement de la crise grecque, la Bourse de Paris a grimpé vers 12h30 de 3,21% et l'indice général à Athènes est monté en flèche de 8,32%.

13h02 : "J'ai très peu d'espoir de parvenir à un accord aujourd'hui."

Les déclarations pessimistes au sujet du dossier grec se succèdent à Bruxelles. Selon le ministre finlandais des Finances, les chances sont très maigres d'aboutir à un accord dès aujourd'hui.

12h58 : Le sommet de ce soir risque de n'être que consultatif, prévient Berlin. Le Premier ministre grec, Alexis Tsipras, rencontre actuellement les ministres des Finances de la zone euro. Suivez notre direct.

12h05 : Le Premier ministre grec, Aléxis Tsipras, est à Bruxelles pour des rencontres marathon avec les représentants des créanciers de son pays (UE, BCE et FMI).

A son arrivée, il a énuméré les "clés d'un accord" : ni excédent budgétaire "excessif", ni baisses de retraites, ni hausse des tarifs de l'électricité et rétablissement de la "normalité" du droit du travail.

11h59 : Des détails viennent de filtrer sur le contenu des propositions faites par Athènes pour rembourser rapidement 7,2 milliards d'euros, un prêt promis de longue date. Ce qui doit lui permettre d'éviter à la fin du mois un défaut de paiement.

La Grèce propose de porter progressivement l'âge de la retraite à 67 ans en revenant sur certains régimes spéciaux. Les taux de TVA seraient aussi revus à la hausse.

11h52 : Après cinq mois de négociations, les principaux acteurs de la crise grecque doivent se retrouver pour des réunions marathon, à dix jours d'échéances financières cruciales qu'Athènes n'a plus les moyens d'honorer.

11h40 : Le chef de l'Etat vient de s'exprimer alors que le sort de la Grèce se joue une fois de plus à Bruxelles où plusieurs réunions au plus haut niveau, dont un sommet extraordinaire de la zone euro, sont prévues pour éviter au pays un défaut de paiement aux conséquences imprévisibles.

11h38 : François Hollande souhaite "un accord durable et global", si possible dès ce soir, et refuse "un accord partiel ou limité dans le temps".

11h35 : "La France fait tout avec l'Allemagne pour que la Grèce puisse rester dans la zone euro."

11h35 : "Si l'accord ne peut être trouvé ce soir, il faut qu'il le soit dans les prochains jours."