DIRECT. Après le vote du Parlement grec, l'Eurogroupe donne son feu vert pour négocier le plan d'aide

Selon l'accord trouvé entre la Grèce et la zone euro, la mise en place d'un plan d'aide était conditionnée au vote par le Parlement grec des premières mesures d'austérité.

Le président néerlandais de l\'Eurogroupe, Jeroen Dijsselbloem, à Bruxelles, le 27 juin 2015.
Le président néerlandais de l'Eurogroupe, Jeroen Dijsselbloem, à Bruxelles, le 27 juin 2015. (YVES HERMAN / REUTERS)
Ce qu'il faut savoir

L'Eurogroupe, qui réunit les ministres des Finances de la zone euro, a donné son feu vert, jeudi 16 juillet, pour l'ouverture de négociations sur un troisième plan d'aide à la Grèce, après une réunion téléphonique. Une décision qui fait suite au vote, par le Parlement grec, mercredi, de la première série de réformes réclamées par les créanciers. Suivez la situation en direct avec francetv info.

Accord de principe sur un plan d'aide. "Nous avons décidé aujourd'hui d'accorder en principe à la Grèce un soutien financier d'une durée de trois ans", explique le communiqué de l'Eurogroupe. Dans l'accord trouvé lundi entre Athènes et ses créanciers, ce soutien était conditionné à l'adoption par le Parlement grec d'un premier volet de réformes, qui a eu lieu mercredi. Les négociations sur le contenu de ce plan doivent s'ouvrir après le vote du Parlement allemand sur l'accord, vendredi.

Draghi plaide pour un allègement de la dette. Le président de la Banque centrale européenne a jugé "indiscutable" la nécessité d'un allègement de la dette grecque, jeudi. Les négociations des prochaines semaines devront, selon lui, trancher sur la meilleure façon de procéder.

La BCE augmente son aide d'urgence. Le plafond des prêts d'urgence de la Banque centrale européenne aux banques grecques, leur dernière source de financement, est relevé à 900 millions d'euros par semaine, a annoncé Mario Draghi. Par ailleurs, l'Eurogroupe devrait approuver, dans la journée, un prêt relais de 7 milliards d'euros à la Grèce, en attendant le plan d'aide, a déclaré le Premier ministre irlandais.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #GRECE

23h12 : Malgré la crise, il semble que les richesses de l'Église demeurent intouchables. Une équipe de France 2 s'est penchée sur la situation de l'Église orthodoxe grecque, que certains accusent de ne pas aider le pays face à la crise.

(FRANCE 2)

22h55 : "Toutes les banques du pays rouvriront". Les retraits d'espèces resteront limités à 60 euros par jour, mais "les services proposés seront étendus", précise Dimitris Mardas à la chaîne ERT.

22h54 : Les banques grecques rouvriront lundi, annonce le vice-ministre des Finances, Dimitris Mardas.

22h26 : "Je serais très heureux si on pouvait arrêter de parler de Grexit et penser plutôt à remettre la Grèce sur les rails, et c'est ce que nous allons faire avec ce programme"

Jeroen Dijsselbloem, le ministre néerlandais des Finances et président de l'Eurogroupe, souhaite que cesse le débat sur une possible sortie de la Grèce de la zone euro, maintenant qu'un accord a été conclu entre Athènes et ses partenaires.

21h57 : La hausse de la TVA, votée dans le cadre des réformes exigées par la zone euro en contrepartie d'un troisième plan d'aide, entrera en vigueur dès lundi.

19h27 : "[Yanis Varoufakis] aura beaucoup à nous apporter, il a l'expérience intéressante d'un responsable d'un gouvernement presque mis sous tutelle. Il nous donnera le témoignage d'un acteur de cette tragédie européenne qui s'est jouée jusqu'à présent à huis clos."


L'ancien ministre Arnaud Montebourg explique ainsi au Monde pourquoi il a invité l'ancien ministre des Finances grec à la fête de la Rose, à Frangy-en-Bresse, le 23 août.

19h20 : "C'est à la fin de la foire qu'on compte les bouses". Cette expression paysanne et familière, popularisée par Jacques Chirac, va pouvoir être utilisée pour analyser les retombées, en France, du règlement de la crise grecque. Sur le blog Scènes politiques, Olivier Biffaud liste les "gagnants" et les "perdants" français.

19h19 : Le flamboyant ex-ministre des Finances grec, Yanis Varoufakis, sera l'invité d'honneur de la 43e Fête de la Rose, organisée chaque été par Arnaud Montebourg à Frangy-en-Bresse (Saône-et-Loire). "Yanis Varoufakis nous fait l'immense honneur d'accepter notre invitation", annoncent Cécile Untermaier, députée PS de Saône-et-Loire, et Denis Lamard, président des Amis de la Rose.

15h37 : Pour Mario Draghi, le patron de la BCE, Athènes va sans aucun doute rembourser l'institution monétaire et le FMI. Mais des interrogations subsistent encore sur "la volonté et la capacité" de la Grèce à faire des réformes, estime-t-il.

15h20 : "Est-ce qu'un allègement de la dette est nécessaire ? C'est indiscutable. La question sera de savoir quelle est la meilleure forme d'allègement."

Le patron de la BCE ne voit pas d'autre issue que de réduire le poids de la dette grecque, qui représente 180% de son PIB. Et justement, c'est sur cela que les discussions entre Athènes et ses créanciers vont porter ces prochaines semaines. Pour vous rendre compte de l'ampleur de la dette, nous vous avons concocté cette calculette.

15h14 : Pour Mario Draghi, président de la BCE, la nécessité d'un allègement de la dette grecque est désormais "indiscutable".

15h08 : Par ailleurs, Mario Draghi annonce que la Banque centrale européenne va relever ses aides d'urgence (ELA) aux banques grecques de 900 millions d'euros. Une journaliste tweete une des déclarations du patron de la BCE.

14h58 : Après le vote de l'accord par le Parlement grec, l'Eurogroupe donne officiellement son feu vert pour négocier un plan d'aide sur trois ans.

14h52 : Se dirige-t-on vers de nouvelles élections en Grèce ? Oui, selon le ministre de l'Intérieur grec, qui s'est exprimé sur la radio Sto Kokkino. Il n'exclut pas la tenue d'élections législatives anticipées en septembre ou octobre prochains.

13h58 : Maintenant que l'accord est validé par le Parlement grec, ça semble bien parti pour que le prêt-relais de 7 milliards d'euros soit accordé au pays, affirme le Premier ministre irlandais, Enda Kenny.

13h46 : Pour le quotidien grec libéral de droite Katherimini, le scénario d'un remaniement ministériel, aujourd'hui ou demain, ne fait aucun doute en Grèce. Le journal évoque une "déchirure au sein de Syriza" après le vote de l'accord par la Vouli.

13h24 : Poussé à la démission au lendemain du référendum, Yanis Varoufakis ne se prive pas de dire tout le mal qu'il pense de l'accord trouvé par Tsipras et les créanciers. L'ancien ministre des Finances a annoté l'accord. Que dit le texte ? Qu'en pense Varoufakis ? Francetv info vous détaille ses principales critiques.

(MAXPPP)

12h36 : La Commission européenne estime que la Grèce a "satisfait" aux exigences de l'accord en vue d'un plan d'aide, quelques heures après que la Vouli a adopté – sans y croire les mesures demandées par les créanciers.

07h54 : Certaines images valent mille mots. La preuve avec ce cliché du nouveau ministre des Finances grec, Euclide Tsakalotos, quelques minutes avant le vote tardif des mesures d'austérité réclamées par les créanciers du pays par les élus de la Vouli.


(ARIS MESSINIS / AFP)


07h25 : Sale temps pour Alexis Tsipras. Pour espérer sauver son pays du naufrage, le Premier ministre grec doit désormais assumer une politique d'austérité à l'opposé de celle qui l'a porté au pouvoir. Un revers pour son parti Syriza, mais aussi pour les gauches radicales européennes, nous explique notre journaliste Benoît Zagdoun.