Gaza : "Le Hamas a attiré Israël dans un piège"

Avant de bombarder massivement Gaza, le Premier ministre israélien a annoncé que le pays devait s'attendre à "une longue campagne" pour démilitariser le Hamas. Pour David Rigoulet-Roze, chercheur associé à l'Institut de Prospective et Sécurité en Europe, et chercheur rattaché à l'Institut Français d'Analyse Stratégique, "Israël est en train de payer un coût très fort dans son opération militaire".

(Deux soldats israélien à la frontière de la bande de Gaza © Maxppp)

Israël a intensifié ses frappes la nuit dernière, avec quelle stratégie ?

Le Premier ministre Netanyahu a annoncé qu'Israël devait se préparer à "une longue campagne" . C'est une manière de prévenir la population que le pays est engagé dans une opération militaire très conséquente. Probablement d'ailleurs plus importante que Plomb durci et Pillier de défense en 2008 et 2012. Il y a vraisemblablement un certain nombre de menaces pour le territoire israélien qui n'étaient pas envisagées sous un angle aussi important avant le début de l'opération.

A lire aussi ►►► Gaza : la nuit la plus violente depuis le début du conflit

Quelle est la stratégie du Hamas ?

Il y a deux problèmes auxquels se heurte Israël. C'est d'abord le problème du tunnel élaboré depuis longtemps et qui permettent aux commandos du Hamas de sortir au sein même du territoire d'Israël. Et puis il y a question balistique, avec les missiles. Il y a un seuil psychologique qui a été franchi : toutes les villes israéliennes sont susceptibles d'être touchées. Y compris Tel Aviv, qui vivait jusqu'à présent dans une forme d'insouciance.

Est-ce qu'on peut vraiment détruire des tunnels en bombardant la ville de Gaza ?

C'est justement le piège dans lequel Israël est tombé. Maintenant que l'opération est lancée, c'est très difficile de faire les choses à moitié. Pour obtenir la sécurisation de l'Etat hébreu, Israël va devoir s'engager dans une opération de plus en plus lourde. Les pertes augmentent avec une cinquantaine de tués pour l'armée de l'Etat hébreu. Autant qu'en 2006 pendant la guerre du Liban, dans le même laps de temps. Cela montre l'efficacité tactique du Hamas à Gaza : le coût est très lourd pour Tsahal… et bien sûr pour les civils palestiniens.

La stratégie du Hamas entraîne beaucoup de morts côté palestinien…

Le Hamas joue la carte du faible au fort. Il y a régulièrement l'utilisation de boucliers humains. Quand l'armée israélienne demande l'évacuation de certaines zones spécifiques, le Hamas fait en sorte de maintenir les populations sur place. Donc ce que l'on appelle les "dommages collatéraux" sont très importants en dépit de tous les efforts qui sont faits pour les éviter.

Jusque quand peuvent durer ces violences massives et répétées ?

C'est tout le problème pour Israël. On ne voit pas très bien comment le gouvernement de Netanyahu pourrait obtenir la démilitarisation du Hamas par le biais de la négociation. D'autant que toutes les discussions ont échouées. Il y a donc un engrenage militaire qui est à l'œuvre aujourd'hui. Ce qui est susceptible de faire monter les positions extrêmes. De ce point de vu, le Hamas a été très habile.